COP21: les pays industrialisés limitent leur soutien à l'export de centrales au charbon

"L'accord ne couvre que les centrales à charbon et ignore les soutiens aux mines et infrastructures de charbon", relève l'organisation
"L'accord ne couvre que les centrales à charbon et ignore les soutiens aux mines et infrastructures de charbon", relève l'organisation - © DANIEL MIHAILESCU - AFP

Les pays de l'OCDE se sont mis d'accord sur un régime plus restrictif de garanties publiques pour l'exportation de centrales au charbon, à l'heure où cette énergie est discréditée pour ses effets polluants, selon un document consulté mercredi par l'AFP.

A une dizaine de jours de l'ouverture à Paris de la grande conférence de l'ONU sur le climat (COP21), les 34 pays de l'OCDE - dont les Etats-Unis, le Japon et l'Australie, mais pas la Chine et l'Inde - ont revu les mécanismes d'octroi de soutien à la vente à l'étranger de centrales électriques produisant au charbon sous forme de garanties financières fournies par les agences publiques dédiées, selon une ébauche du texte d'accord consultée par l'AFP.

Détermination face au réchauffement climatique

Selon ce texte, les soutiens à l'export de centrales au charbon seront limités aux cas où des alternatives plus respectueuses du climat ne seraient pas réalisables, ou à ceux où le charbon s'inscrit dans une stratégie énergétique nationale cohérente. Des exceptions sont prévues pour certains pays en développement.

L'accord, qui n'était pas officialisé mercredi et encore susceptible de modifications à la marge selon une source bien informée, est intervenu au lendemain de l'affichage par les dirigeants du G20 en Turquie de leur "détermination" à limiter le réchauffement climatique à deux dégrés par rapport à l'ère pré-industrielle, et alors que Londres a annoncé l'arrêt prévu des centrales au charbon britanniques les plus polluantes d'ici à 2025, dans le cadre d'une révision de son mix énergétique.

Plusieurs organisations non-gouvernementales, pour lesquelles le charbon est l'ennemi à abattre dans la lutte contre le réchauffement climatique, ont déjà réagi au texte, fruit selon l'ONG Les Amis de la Terre de deux ans de discussion et "premier pas dans la bonne direction".

Soutien au mines

Toutefois "l'accord ne couvre que les centrales à charbon et ignore les soutiens aux mines et infrastructures de charbon", relève l'organisation, qui a publié mercredi conjointement avec la fondation allemande Heinrich-Böll un "atlas du charbon" compilant les informations sur cette énergie et ses effets négatifs. L'accord de l'OCDE "reste très insuffisant", selon elle.

Les pays de l'OCDE sont parties prenantes à un code de conduite commun sur les crédits à l'exportation existant depuis 1978, et décliné par secteur. Cet "arrangement" n'est pas coercitif mais est respecté par les pays concernés, et ses différents pans sont renégociés à intervalles réguliers.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK