Coopérateur de NewB, pourquoi ne vois-tu pas une banque venir?

Bernard Bayot, le président de la coopérative NewB, retournera devant ses coopérateurs dans quelques semaines. Que va-t-il leur annoncer?
Bernard Bayot, le président de la coopérative NewB, retournera devant ses coopérateurs dans quelques semaines. Que va-t-il leur annoncer? - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

C'était il y a quatre ans, en mars 2013 quelques pionniers lançaient la coopérative NewB avec la ferme intention d'en faire une banque. Quatre plus tard, la coopérative est active, mais la banque n'existe toujours pas.

Nombreux sont les coopérateurs et observateurs qui se demandent si cette NewB, cette nouvelle banque sera un jour créée. En mars 2013, Les fondateurs de NewB étaient confiants, les 40 000 coopérateurs des tout premiers jours les avaient dopés, la banque allait voir le jour dans les deux ans.

Plusieurs blocages

Bernard Bayot est le président de NewB. Voilà comment il analyse ce départ manqué : "D’abord il n’y a pas eu un seul blocage, il y en a eu plusieurs. Le premier est évidemment le contexte économique qui à l’époque était désastreux. C’était le pire moment pour lancer une banque. D’autre part, on était aussi en train d’implémenter les nouvelles règles de prudence imposées aux banques à juste titre d’ailleurs, en particulier pour les coopératives. Donc il y avait un peu de flou par rapport aux règles applicables. Enfin, c’est vrai que nous avions l’enjeu d’augmenter le capital. Donc, il n’y avait que deux solutions : soit pouvoir lancer un appel public à l’épargne, soit faire appel à des investisseurs institutionnels, l’un et l’autre n’ont pas été possibles à l’époque".

Pas assez de moyens financiers donc, sans oublier un accueil peu chaleureux à la Banque Nationale, le gouverneur de l'époque affirmant qu'il y avait déjà trop de banques en Belgique.

La banque n'a donc pas été créée dans les deux ans comme espéré, que s'est-il passé depuis lors ? D'abord, le nombre de coopérateurs a continué à augmenter. De 40 000 en 2013, ils sont plus de 50 000 aujourd'hui. Ils ont apporté près de 2,5 millions d'euros. Sans oublier l'arrivée d'un coopérateur important, le groupe français d'assurance mutualiste Monceau pour 10 millions d'euros. Parallèlement, NewB lance des produits financiers: une carte de paiement prépayée avec des objectifs sociétal et prochainement des produits d'assurance en partenariat avec Monceau.

Dans les deux ans ?

Mais parle-t-on encore de la Banque ? Sur le site de NewB, les propos sont très prudents.

On évoque la volonté de "poser les bases pour une banque coopérative". Bernard Bayot est un peu plus précis : "Je pense que dans un proche avenir, c’est-à-dire dans les deux ans qui viennent, des résultats complémentaires arriveront et nous serons alors en mesure d’obtenir cette fameuse licence bancaire. Donc ce n’est absolument pas quelque chose qui est oublié. Au contraire, on y travaille".

Ils y travaillent donc mais Bernard Bayot peut-il promettre aux coopérateurs que NewB Banque verra le jour ? Sa réponse : "Je n’ai jamais donné ma main à couper sur ce point-là ! Je crois que l’on sait très bien que c’est un véritable défi de lancer une banque aujourd’hui en particulier avec les ambitions notamment sociétales qu’a NewB. C’est clair qu’il n’y a aucune garantie de quoi que ce soit mais je pense par contre que nous sommes aujourd’hui beaucoup plus forts que nous ne l’avons jamais été".

Obtenir cette fameuse licence bancaire, ce n'est pas évident. Collecter les 60 à 80 millions d'euros nécessaires encore moins ! Il reste à voir si "une autre banque est possible" comme l'affirmait le slogan de départ. Par exemple, une banque qui ne ferait pas nécessairement tout ce que font les autres et pas de la même manière.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK