Construction: nouvelles mesures pour lutter contre le dumping social

Concurrence de l'étranger: une bouée de sauvetage pour la construction
Concurrence de l'étranger: une bouée de sauvetage pour la construction - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

En trois ans, 15 000 emplois ont été perdus à cause de la concurrence des travailleurs étrangers. C'est le constat dressé par le secteur de la construction.

Pour lutter contre ce dumping social, les partenaires sociaux du secteur et le gouvernement fédéral ont élaboré 41 mesures : contrôles renforcés, plus de transparence dans la sous-traitance et des critères d'attribution des marchés publics plus sévères.

Ces mesures devraient entrer en vigueur rapidement.

"Le nombre de sous-traitants sur les chantiers, c’était un problème"

Willy Borsus (MR), ministre des Classes Moyennes, des Indépendants et des PME détaille: "Par exemple, la limitation du nombre de sous-traitants sur les chantiers. C’était un problème: très souvent, on ne savait même plus qui, au bout de la chaîne, était actif sur les chantiers. Deuxième élément, l’enregistrement obligatoire des travailleurs. D’autre part, des dispositions liées aux contrôles supplémentaires des détachements."

Pour l'administrateur délégué de la Confédération, Robert De Müelenaere, il y a véritablement urgence : "C'est un bon jour pour la construction, mais bien sûr ce n’est qu’un début. Nous devons seulement aujourd’hui démarrer la mise à exécution de ce plan par lequel nous pensons que véritablement, en effet, on peut donner aujourd’hui le signal à nos entreprises qu’il y a un avenir pour ceux qui travaillent de façon légale."

Reste aussi à convaincre l'Europe, et ce sera difficile, de revoir sa directive sur le détachement des travailleurs étrangers qu'il faudrait ramener de 2 ans à 6 mois pour la construction, un secteur qui joue tout simplement sa survie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK