Conséquence du coronavirus et de l'e-commerce : 1644 mètres carrés d'espaces de stockage créés chaque jour en Belgique

Pour 2021 et 2020, 400.000 mètres carrés de nouveaux entrepôts sont en préparation en Belgique.
Pour 2021 et 2020, 400.000 mètres carrés de nouveaux entrepôts sont en préparation en Belgique. - © SEM VAN DER WAL - AFP

S'il y a bien un secteur qui ne connaît pas la crise, c'est l’immobilier logistique. En 2020, les entreprises qui œuvrent à la construction d'entrepôts ou de lieux de stockages n'ont pas eu à se plaindre du moindre dommages dans leurs caisses et ont même été dopées par la crise sanitaire.

Nous sommes le 17 mars. Au sous-sol du 16, rue de la Loi et devant l'objectif des caméras des principaux médias du pays, Sophie Wilmès annonce aux Belges qu'ils vont être confinés pour endiguer la propagation de l'épidémie de coronavirus dans nos frontières.

Résultat des courses, ce sont plus de 11 millions de citoyens qui se retrouvent cloitrés chez eux. Dans le même temps, les magasins jugés "non essentiels" doivent garder portes closes et le commerce en ligne devient une sorte de poule aux œufs d'or au bord de l'implosion. Alors pas le choix pour les commerçants, c'est toute la logistique qu'il faut revoir pour pouvoir s'adapter et continuer à accroître son chiffre d'affaire malgré les conditions particulières.


►►► À lire aussiCoronavirus : se lancer dans l'e-commerce en quelques jours


Chaque jour 1644 mètres carrés de stockage

Alors c'est vers les entreprises de construction logistique que tout le monde se tourne. Résultats des courses : la demande pour les espaces de stockages s'envole littéralement, en particulier dans le domaine des locations. "Le nombre de transactions de location a progressé de 57%, surtout dans les immeubles existants, ce qu’on n’a jamais connu avant", confirme Walter Goossens, du courtier en immobilier JLL.

Ce sont au final près d’un million de mètres carrés de biens logistiques ont été soit loués, soit achetés en Belgique sur toute l'année 2020. Une envolée de 6% de plus qu’en 2019, qui était déjà une bonne année. Aussi, 1644 mètres carrés d’espace de stockage sont créés chaque jour en Belgique selon une une analyse du marché de Ceusters. Au total, le sol belge s'est enrichi de 600.000 mètres carrés de nouveaux entrepôts en 2020.

Et c'est un constat partagé aux quatre coins de la Belgique même si, sans grande surprise, la Flandre concentre la majorité des mètres carrés logistiques du pays. Toutefois, c'est un site bien wallon qui occupe la troisième place du classement des projets logistiques les plus importants dans notre pays puisqu'il se situe à Tournai.


►►► À lire aussiE-commerce et cadeaux de fin d'année gonflent les activités de bpost : travail intense à Fleurus


"Dans le nouveau zoning industriel Tournai-Ouest 3, Cebeo a acquis un terrain de 120 000 mètres carrés, 12 hectares, où ils vont construire un projet d’une surface de 53 000 mètres carrés", raconte Walter Goossens. Une surface énorme mais qui ne sera pas de trop puisque le constat est équivoque : il manque d'entrepôts de ce type en Belgique.

Des loyers à la hausse

Et si par le passé, les entreprises belges avaient tendance à se tourner vers l'étranger pour trouver ce genre de lieu, la tendance est aujourd'hui aux entrepôts noir-jaune rouge, ce qui booste les constructions. "Notre pays dispose encore de beaucoup d’espace à développer, en particulier dans les provinces du Limbourg et de Liège, qui sont meilleur marché que celles d’Anvers ou de Flandre orientale. Pendant des années, on s’est tourné vers les Pays-Bas mais, aujourd’hui, c’est chez nous que se situe le marché des grands centres logistiques", estime Christophe Wuyts, responsable Industrial Agency chez Ceusters.

Toutefois, du temps et de l'espace sont nécessaire pour voir aboutir ce type de structure. Et la situation tendue met en tension tout l’immobilier logistique. Avec pratiquement plus d’espaces logistiques vacants disponibles, le prix des loyers est tiré vers le haut. "Le prime rent pour l’axe Bruxelles-Anvers en logistique a monté de 9% et on le met maintenant à 60 euros. Sur l’axe wallon, le loyer a augmenté et il est maintenant de 48 euros. Et sur Gand et l’axe Anvers-Gand, il est aussi de l’ordre de 46 euros le mètre carré par an", précise celui qui travaille pour le courtier JLL.

55 euros au mètre carré à Bruxelles, c’est du jamais vu

"Il y a une pénurie aiguë d’espace disponible sur tous les marchés. En conséquence, les prix, qui sont restés au même niveau d’année en année, commencent à augmenter légèrement", confirme Christophe Wuyts. "Le loyer le plus élevé, dans notre pays, a atteint 55 euros au mètre carré à Bruxelles. C’est du jamais vu."


►►► À lire aussi Coronavirus: locations de camionnettes en hausse pour livrer les colis à domicile


Cela n'est pas prêt de s'arrêter

Mais avec une si belle année qui s'achève pour l'immobilier, les yeux sont déjà rivés vers l'année qui s'est entamée il y a déjà près de deux semaines. Quelles sont alors les perspectives pour 2021 ? Forcément, les acteurs du secteur sont optimistes. Du côté de Ceusters, on s’attend à ce que la Belgique joue un rôle-clé pour la logistique en Europe dans les prochaines années. Ils voient le Brexit comme une opportunité qui pourrait propulser la Belgique comme porte d’entrée intéressante au marché européen.

Les entreprises assurent, elles, qu'elles vont continuer à développer leurs activités, et notamment dans le commerce en ligne, ce qui va les obliger à continuer à adapter leur chaîne d’approvisionnement. Le secteur logistique va donc rester en première ligne avec déjà pas mal de nouveaux projets.

Mais au-delà du stockage de fournitures, de cartons ou de colisen tous genres, les entrepots devraient rester au coeur de l'actualité ces prochains mois. En cause : on en aura besoin pour organiser au mieux la campagne de vaccination lorsqu'elle sera élargie à grande échelle.

Bpost dépassée par les colis à livrer: JT du 20/11/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK