Comment Volkswagen a limité la casse du "dieselgate"

Malgré le scandale des moteurs truqués qui a éclaté en 2015, Volkswagen a depuis battu des records de vente et a même réussi à doubler son bénéfice net l'an passé.

Le groupe semble se porter plutôt bien, malgré les plus de 27 milliards d'euros d'amendes en procédure judiciaire et autres rappels de véhicules dont elle a déjà dû s'acquitter. Selon les estimations, ce scandale coûtera même 80 milliards d'euros au constructeur.

Mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, la pérennité du groupe n’est pas menacée.

Comment Volkswagen a-t-il réussi ce tour de force ?

1/ D’abord, parce que le patron a assumé la responsabilité de l’affaire : "On a merdé", avait-il déclaré. Fin 2015 déjà, deux mois après l'éclatement du scandale, on pouvait observer que les immatriculations de voitures VW en Europe ne reculaient que d'à peine 0,2 %.

2/ Ensuite, parce qu’à l'époque, VW a pris une initiative que le groupe fait plutôt rarement : de grosses remises (jusqu'à 4.800 euros) même sur des modèles tout récents. En 2016, les ventes atteignent même un record avec plus de 10 millions de véhicules vendus dans le monde. En 2017, le groupe a même doublé sa rentabilité à plus de 11 milliards d'euros. Les clients ne lui ont jamais tourné le dos alors que les remises monstres, elles, sont plus ou moins terminées.

3/ Du côté investisseurs, c’est un peu moins facile. Ce sont eux qui ont initié le procès entamé hier, car ils estiment que VW aurait dû communiquer beaucoup plus tôt aux marchés financiers. Là aussi, VW a tenté de les choyer : en 2017, le dividende par action a été doublé. Et aujourd'hui, le cours de l'action VW est proche de 140 euros (il était à +/- 170 euros avant le scandale).

4/ Le constructeur a procédé à la suppression de 30.000 emplois (sans licenciements secs), représentant près de 5% de ses effectifs mondiaux.

5/ VW s'est aussi tourné vers des marchés émergents comme la Russie et surtout la Chine où le groupe va investir 15 milliards d'euros jusqu'en 2022 grâce à un mélange de stratégie commerciale, de séduction d'investisseurs et de réorganisation interne.

Ainsi, même si l'image de VW peut sembler écornée, ses ventes se portent en fait très bien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK