Comment les chocolats Darcis veulent redresser la barre en 2020

Deux sociétés du verviétois Jean-Philippe Darcis sont en procédure de réorganisation judiciaire depuis fin décembre. Pour les activités de boulangerie d’un côté (JPD Boulangerie) et celles de la chocolaterie et des macarons de l’autre (Darcis Chocolat et Pâtisserie) la perte globale est estimée aujourd’hui à 1,15 million d’euros. Une mauvaise passe pour ce "nom" du chocolat belge, annoncée par La Meuse, ce 31 décembre. Il n’est bien sûr pas question de faillite, mais d’une période de six mois (jusqu’à juin 2020) pendant laquelle les deux structures sont à l’abri de leurs créanciers – tout en pouvant continuer leurs activités.

Des "faits de la vie" à l’origine de difficultés financières

Le patron, Jean-Philippe Darcis, est optimiste quant à l’avenir de son entreprise. "Ce sont essentiellement des faits de la vie qui ont engendré nos difficultés financières. D’une part, les incendies (criminels, deux en 2016, NDR) qu’on a eus il y a trois ans. La fermeture d’une boutique pendant une année entière avec la perte de son chiffre d’affaires a creusé un trou. Et puis de mauvaises affaires, à Bruxelles au moment des attentats, où nous avions ouvert une boutique au Sablon. Nous avons essayé de redresser la boutique, de la transférer ailleurs… Mais ça ne s’est jamais vraiment rétabli. Ces deux faits-là sont essentiellement à l’origine de nos difficultés".

Un nouveau partenaire ?

Quarante emplois sont en jeu. Et Jean-Philippe Darcis pourrait faire appel à de nouveaux investisseurs. "Peut-être recapitaliser, trouver des nouveaux partenaires investisseurs pour nous aider à passer le cap, pour relancer l’outil et développer l’entreprise qui a un potentiel extraordinaire. Parce qu’en interne à nouveau, beaucoup a déjà fait, depuis deux ans. Avec une réorganisation interne de l’entreprise et une reprise en main des finances".

Et Jean-Philippe Darcis d’insister : "On a un réseau de boutiques qui fonctionne très bien, de magnifiques produits, un savoir-faire, une bonne réputation et une équipe fantastique qui est derrière nous pour repartir sur de bonnes bases".

Une gamme de chocolats 100% bio

L’ambition est aussi affichée d’étendre la vente du chocolat en dehors des seuls magasins de son réseau : On est en train de développer une gamme de chocolats 100% bio, qu’on va essayer de distribuer à l’extérieur de nos magasins. Parce qu’a actuellement notre chiffre d’affaires est réalisé dans notre réseau de boutique. Pâtisserie, macarons, tout dans notre production n’est pas distribuable, nous restons une entreprise artisanale. Mais sous forme de tablettes, le chocolat peut être étendu dans sa distribution. Et nous allons axer notre développement là-dessus ".

Archives RTBF: Jean-Philippe Darcis était aux fourneaux de "Max et Vénus", en mars dernier:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK