Comment GB est devenu Carrefour: retour sur la disparition d'un symbole belge (vidéos)

Comment GB est devenu Carrefour: retour sur la disparition d'un symbole belge (vidéos)
3 images
Comment GB est devenu Carrefour: retour sur la disparition d'un symbole belge (vidéos) - © Belga

Coup de froid sur le groupe Carrefour. Après la France ce mardi, c'est au tour de la Belgique de découvrir le plan de transformation de la célèbre enseigne spécialisée dans la grande distribution. Plus de 1200 emplois sont menacés sur notre territoire. Mais avant de passer sous drapeau français, les magasins du groupe portaient les lettres GB. Retour sur une histoire belge.

Un logo rouge, les lettres "GB" en blanc... personne n'a oublié la chaîne de supermarchés et ses slogans comme "je rentre gagnant" ou "le client d'abord".

L'histoire de GB, c'est d'abord celle du "Bon Marché", le grand magasin ouvert à Bruxelles par François Vaxelaire en 1860. Différentes enseignes sont créées entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle. Mais il faut attendre 1958 pour voir naître le premier Super GB.

Dans les années 60, la société de consommation se porte bien. Le groupe ouvre des grandes surfaces baptisées Superbazar qui vendent toutes sortes de produits, depuis l'alimentaire jusqu'au lave-vaisselle. Comme le rappelle un article de Brussels Studies, Bruges, Auderghem et Anderlecht sont les premières villes à offrir aux Belges plusieurs milliers de mètres carrés dédiés à la grande distribution.

La chute des années 90

C'est en 1974 que le groupe GB s'allie à Inno-BM-Priba pour devenir le groupe GIB. Dans les années qui suivent, l'entreprise multiplie les achats : Sarma-Penney, les restaurants Lunch Garden... L'appétit de GIB n'a pas de limite. Jusqu'aux années 90 où le groupe licencie le quart de son personnel.

En 1997, GIB ferme l'enseigne Sarma pour se concentrer sur ses autres marques. "L'activité de GIB est répartie en quatre pôles : super et hypermarchés (GB, Nopri, Bigg's...), bricolage (Brico, Obi, Auto 5...), restauration (Quick, Lunch Garden) et distribution spécialisée (Sarma, Club, Pearle, Disport et Inno)", détaillait Le Soir en février 1997.

Carrefour actionnaire à 100%

A l'approche du 21e siècle, une page se tourne pour GB. En juillet 2000, le français Carrefour devient actionnaire à 100% de GB Group. Les deux lettres mythiques et la boule rouge reconnaissable au loin disparaîtront progressivement. Le logo bleu-blanc-rouge de Carrefour efface notamment les noms Super GB et Maxi GB, tandis que l'enseigne Gib S.A prend définitivement l'eau.

Les séismes de 2007 et 2010

En 2007, le groupe français Carrefour procède à une restructuration en Belgique. "Thérapie de choc chez GB", titre La Libre Belgique en juin. "Le groupe français Carrefour a décidé la fermeture de 16 magasins à l'enseigne GB. Il a annoncé 900 suppressions d'emplois tout en assurant vouloir éviter les licenciements secs", écrit le quotidien. C'est le début d'une colère qui durera plusieurs mois.

Les magasins menacés rouvriront au début de l'année 2008 sous le statut de franchisés. Il n'empêche, écrira l'Echo en janvier 2008, "Carrefour (est) toujours à la traîne en Belgique".

D'autres modifications de noms d'enseignes appartenant au groupe Carrefour en Belgique suivront. En 2010, l'entreprise française annonce son intention de fermer 14 hypermarchés et de supprimer 1672 emplois chez nous. En octobre de cette année-là, Mestdagh reprend 16 magasins Carrefour.

Huit ans plus tard, les employés belges du groupe sont à nouveau confrontés à une restructuration. Au total, le "plan de transformation" de Carrefour pourrait affecter 1233 emplois en Belgique, dont 1053 au sein des hypermarchés et 180 au sein du siège à Evere.

Archive de 2009: portrait d'une caissière chez Carrefour

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK