Comment expliquer le retour en grâce de Facebook sur les bourses?

Comment expliquer le retour en grâce de Facebook sur les bourses?
Comment expliquer le retour en grâce de Facebook sur les bourses? - © Tous droits réservés

Le célèbre réseau social retrouve des couleurs à la bourse de New York. Facebook avait été introduit en bourse le 12 mai 2012 au prix de 38 dollars l'action. Avait suivi une longue descente aux enfers, l'action Facebook avait glissé jusqu'à un plancher de 17 dollars 73 cents et depuis quelques semaines, on assiste à une violente remontée des cours. L'action a même dépassé son cours d'introduction.

Facebook dispose d'une formidable base clients, plus d'un milliard de membres actifs dans le monde mais avait du mal à transformer cette base clients en revenus au travers notamment à la publicité.

Avec surtout un défi majeur : générer cette publicité  sur les outils mobiles, les smartphones et les tablettes. Et apparemment, maintenant, ça marche, c'est en tout cas l'analyse d'Arnaud Delaunay, de la société de bourse Leleux : "En 2012, la majorité de son chiffre d’affaire était réalisé sur les terminaux fixes, c’est-à-dire les ordinateurs classiques. Or, on s’aperçoit de plus en plus que les gens utilisent les tablettes et les smartphones pour pouvoir se connecter à internet et les investisseurs avaient peur que Facebook reste sur le chemin de cette évolution".

Et le problème c’était quoi ? C’était un problème de communication de la part de Facebook ? C’était un manque de visibilité pour les mois et les années qui allaient suivre ?

"C’était un problème de stratégie au départ, tout simplement, où ils étaient essentiellement focalisés sur les PC classiques et ils n’arrivaient pas à surfer sur la vague des appareils mobiles. Or, là, on s’est aperçu ces deux derniers trimestres, que le chiffre d’affaire réalisé sur la partie mobile était en constante progression, il représente aujourd’hui 40% du chiffre d’affaire global contre zéro en mai 2012", dit Arnaud Delaunay.

Le gisement publicitaire des entreprises

Le revenu par utilisateur est en hausse un peu partout dans le monde, en Asie les revenus de Facebook ont été multipliés par trois depuis 2011. Et puis, il y a encore des champs de revenus potentiels à explorer pour Facebook, la publicité accompagnent les vidéos et la publicité des entreprises. 18 millions d'entreprises ont une page Facebook mais à peine un million de sociétés font de la pub sur le réseau social.

Sur ce potentiel de croissance, Arnaud Delaunay est réservé : "Il est clair que les entreprises ont, pour la plupart, un compte Facebook pour pouvoir accroître leur notoriété, mais on va retrouver plus, dans ce secteur-là, LinkedIn".

LinkedIn est un réseau social professionnel qui compte tout de même 225 millions de membres dans le monde. Cela dit, on voit bien que la progression de Facebook est liée à la publicité et c'est bien là un énorme défi : générer plus de publicité sans dégoûter les utilisateurs du réseau social.

Michel Gassée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK