Comment Bruxelles calcule-t-elle la retombée économique du Tour de France ?

Comment Bruxelles calcule-t-elle la retombée économique du Tour de France ?
Comment Bruxelles calcule-t-elle la retombée économique du Tour de France ? - © DAVID STOCKMAN - BELGA

La Ville de Bruxelles prévoit que le grand départ du Tour de France à Bruxelles générera entre 40 et 50 millions d’euros de retours sur investissement. Elle estime également que le coût de cet événement s’élèverait à au moins 11 millions d’euros. Ces chiffres sont-ils réalistes et sur quelles données sont-ils basés ? Réponse avec Isabelle Bauthier, chercheuse au laboratoire de recherche en tourisme à l’ULB.

Alors que Tour de France démarre ce samedi, bon nombre sont ceux qui se demandent le réel impact économique de ce type d’événement pour la Ville. Coup de marketing rentable ou investissement à perte ? Les estimations sont en tout cas largement sujettes à caution.

Selon Isabelle Bauthier de l’ULB, les études sur lesquelles se basent les autorités bruxelloises sont surtout réalisées pour justifier l’organisation d’un tel événement sportif : "Elles font l’étude avant que l’évènement ne se passe. Elles font donc l’étude sur des chiffres que l’on suppose et que l’on va rechercher dans une autre étude qui a aussi supposé les chiffres, et au final il n’y a aucun chiffre vraiment concret, vraiment réel, qu’on met en avant."

La plupart du temps, ce qui est présenté comme une étude d’impact est surtout un outil marketing, élaboré par un bureau privé ou par des services touristiques des villes concernées. Un récent travail de la KUL affirme pour sa part que les retombées du Tour de France à Bruxelles seront de 16 millions d’euros, c’est donc trois fois moins que l’estimation officielle.

Une question d’image

Il est indéniable qu’un événement de cette ampleur a un impact sur l’image de la ville de Bruxelles, mais les retombées réelles sont difficiles à chiffrer. Cela pourrait aussi être considéré comme une publicité pour la ville. Isabelle Bauthier nuance : "Quand on calcule ce genre de choses, on se dit que si on avait dû faire un spot publicitaire, ça nous aurait coûté autant d’argent sur telle chaîne, et donc on reprend les temps d’antenne et on recalcule en frais publicitaires."

Elle estime que le vrai problème avec cette démarche, c’est que, pour une publicité, on définit un public-cible alors que, pour le Tour de France, il s’agit d’une estimation de qui va regarder l’événement : "Mais ces personnes regardent d’abord et avant tout l’évènement pour l’événement sportif et les belles images ne sont finalement que du folklore à côté."

Pour calculer avec exactitude l’impact réel économique du Tour de France, il faudrait réaliser une étude d’impact après l’événement. Or, cela se passe très rarement que les autorités publiques en réalisent une.

Archives: Journal télévisé 03/07/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK