Comme les voitures, les meubles belges vont proposer toujours plus d'options

Un fauteuil sur mesure, tissu ou cuir, largeur, profondeur, degré d'inclinaison côté pied et côté tête, choix du confort d'assise. Possibilité d'enregistrer quatre pré-sélections sur une télécommande... Des matelas dont les éléments peuvent être retirés et remplacés si nécessaire, plutôt que se séparer du tout dans une décharge... Ce sont deux exemples parmi d'autres de la modernisation du mobilier d'intérieur belge, modernisation lente mais nécessaire. Les six premiers mois 2018 ont confirmé le repli de l'année dernière, les pertes étant cependant limitées de 7,7% à 5,6% pour le mobilier d'habitation, de 8,4% à 2,7% pour les meubles de bureau et de magasin.

Le report d'achats

La faute à qui, à quoi? A un secteur plutôt conventionnel, autant sinon plus chez le distributeur que chez le fabricant?

"Tout d'abord, indique Filip De Jaeger, le directeur général adjoint de Fedustria (la fédération de l'industrie du textile, du bois et de l'ameublement), nous constatons que le consommateur reporte des achats importants. Non seulement des jeunes qui, en emménageant, n'achètent pas forcément tout le mobilier nécessaire en une fois. Et plus globalement, il semble que le consommateur est prudent face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants, des coûts fixes supérieurs pour le logement et des évolutions politiques internationales." Plusieurs fabricants observent l'émergence de l'e-commerce, des sites qui connaissent le consommateur, les spécialistes de la communication prenant sans doute le pas sur l'expert du secteur.

Communiquer plus simplement

Directeur commercial du fabricant limbourgeois de literie Veldeman, Geert Geerkens transforme ce mal en bien: "Ils nous ont montré comment il faut approcher et convaincre le consommateur. Notre secteur, aussi bien l'industrie que la distribution, a loupé cette chance. Quand il faut acheter un matelas, c'est tellement difficile de voir les différences... Peut-être que notre secteur, belge, européen, mondial, n'a jamais pu avoir une ligne claire, transparente pour le consommateur. Ces spécialistes de l'internet ont vite compris que s'ils communiquent de manière simple et efficace, le consommateur ne va pas avoir le stress de devoir décider. Trois clics et c'est conclu... livraison à domicile, prix attractifs. Mais conseils limités par rapport à des spécialistes. Et pour un éventuel défaut, le renvoi de la marchandise pose problème.

Les meubles chinois

Le secteur belge compte 807 entreprises, 10.784 travailleurs, pour un chiffre d'affaires au premier semestre 2018 de 1,098 milliard, pour 725 millions d'euros d'exportations (91% vers l'Union européenne), et 1,15 milliard d'Euros d'importations (71,3% de l'Union européenne, 17,8% de la Chine).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK