Club de Bruges en bourse : "Les clubs de foot sont des entreprises de divertissement"

Club de Bruges en bourse : "Les clubs de foot sont des entreprises de divertissement"
Club de Bruges en bourse : "Les clubs de foot sont des entreprises de divertissement" - © BRUNO FAHY - BELGA

Le Club de Bruges prépare son entrée en bourse annoncent nos confrères de L’Echo. Non contente de dominer le championnat belge avec 15 points d’avance sur le deuxième, Bruges voudrait asseoir sa bonne santé financière et attirer de nouveaux investisseurs.

Anderlecht a déjà songé à être coté il y a plusieurs années avant de finalement renoncer. Si l’opération brugeoise aboutit, ce serait donc une première en Belgique. A l’étranger plusieurs grandes équipes, la Juventus, l’Ajax, Manchester United, sont en bourse. "Pas étonnant pour Jos Verschueren, directeur du programme de Management sportif à la VUB. Ces clubs sont devenus des entreprises complètes de divertissement."

Quel est l’intérêt de ces clubs à se lancer sur les marchés financiers ?

Ces clubs ne se considèrent plus du tout, depuis longtemps, comme des équipes de foot. Leur activité de base, le football, n’est plus qu’une partie de leur offre. Ils sont devenus des entreprises de l’industrie du "sportainment" comme on dit en anglais. Contraction de "sport" et "entertainment", le divertissement. Bruges fait désormais partie de ces clubs qui sont plus qu’un club.

Plus qu’un club

Bruges, c’est aussi une maison de production, une agence de pub, ils ont leur propre chaîne de télé, leurs médias sociaux, c’est une agence de communication, c’est une communauté de supporters qui sont aussi des clients. Ils ont aussi un projet de nouveau stade, ils ont donc aussi des activités immobilières. Pour eux, être en bourse c’est donc une stratégie de déploiement économique. C’est ça le foot moderne.

Mais pourquoi la bourse ? Il y a beaucoup de grands clubs qui n’y sont pas et qui sont néanmoins aussi d’énormes entreprises…

C’est vrai. Mais la bourse suscite une sorte de prestige et de crédibilité aux yeux des investisseurs. Ca renvoi l’image d’un club fiable, bien géré, avec une vision d’avenir. En l’occurrence, Belfius est partenaire du club de Bruges et les aide dans la préparation de l’entrée en bourse, ça aussi ça donne de la crédibilité à l’opération. C’est une manière, mais il y en a d’autres, d'attirer les investisseurs.

Justement, quel profil d’investisseur un club cherche à séduire ? Parce que ce n’est pas forcément un placement très sûr le foot…

Investir dans un club de foot, c’est un investissement émotionnel ! C’est le cœur et la passion qui guide ce choix. Les résultats d’un club sont intimement tributaires des résultats sportifs. Et il n’y a rien de plus imprévisible que des résultats sportifs. Seront-ils bons ou pas cette saison ? Qualification pour l’Europe ou pas ? Le montant des droits télé ? Une victoire en compétition européenne peut faire décoller le cours, une blessure d’un joueur peut le faire dégringoler. Il y a tellement d’inconnues. C’est ce qui fait le charme du sport.

Mais les marchés détestent l’inconnue. Ne vaut-il pas mieux investir dans l’immobilier ou n’importe quel secteur plus prévisible ?

Probablement, mais devenir actionnaire, propriétaire d’un club c’est le prestige, c’est le plaisir de se retrouver dans une équipe d'actionnaires qui supportent ensemble la même équipe, il y a une sorte d'émulation. Et être en bourse peut provoquer un effet boule de neige. Et puis, en général, les gens qui s’offrent cela, ce ne sont pas des personnes qui se retrouveront sur la paille s’ils perdent quelques parts de marché. Ils ne font pas cela pour le retour direct sur investissement.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK