Chine: le sort des travailleurs des multinationales s'améliore

Le sort des employés chinois d'Apple sera prochainement amélioré.
Le sort des employés chinois d'Apple sera prochainement amélioré. - © MAXPPP

Le géant informatique Apple et son partenaire taïwanais Foxconn ont décidé d'améliorer les conditions de travail dans les usines chinoises. Une enquête menée en accord avec Apple avait récemment démontré les multiples violations du droit du travail dans ces usines. Plusieurs autres multinationales ont promis d'en faire de même.

La firme à la pomme va augmenter les salaires, s'attaquer à la question délicates des heures supplémentaires illégales et à l'amélioration de la sécurité. Les dirigeants d'Apple se sont inscrits volontairement dans le processus. Et ils ne sont les pas les seuls. Plusieurs grandes multinationales suivent le mouvement et le disent haut et fort. Pour des raisons d'images.

"Elles font état de leur hausse des salaires mais par ailleurs, elles ont une politique qui consiste toujours quand même à produire au moindre coût. Et même si ces coûts augmentent de façon marginale, je pense que ce n'est pas demain la veille que la production en Chine cessera d'être très attractive", souligne Françoise Lemoine, économiste au CEPII à Paris.

La tendance à la hausse des salaires va au-delà des seules multinationales étrangères. Ce ne sont d'ailleurs pas elles qui provoquent le mouvement. "Alors que la population en âge de travailler, c'est-à-dire la main-d'oeuvre potentielle, avait beaucoup augmenté dans les vingt dernières années, à partir des années qui viennent, la population en âge de travailler va diminuer. Il y a donc une raréfaction de la main-d'oeuvre", poursuit Françoise Lemoine.

Et cette raréfaction donne un poids certains aux ouvriers pour négocier des hausses de salaires.

Les mouvements sociaux sont bien réels en Chine et le gouvernement est forcé de les écouter, du moins en partie. Avec tout de même un oeil sur la compétitivité. Car ailleurs en Asie, la hausse des salaires n'est pas, ou pas encore, au programme.

PIAB, avec Michel Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK