Ce mardi soir, les hommes auront déjà gagné autant que les femmes sur une année complète

Même à compétences égales, les femmes ont plus de mal à obtenir les postes les mieux payés.
Même à compétences égales, les femmes ont plus de mal à obtenir les postes les mieux payés. - © Tous droits réservés

C'est le jour de l'inégalité des salaires femmes, hommes: ce mardi soir, les hommes auront gagné ce que les femmes ne gagneront que d'ici la fin de l'année.

Ca peut paraître fou en 2017, mais les femmes gagnent en effet 21% de moins par an que les hommes en Belgique, soit un cinquième de salaire en moins par an. Si elles étaient payées comme les hommes, elles pourraient s'arrêter effectivement de travailler ce soir pour gagner ce qu'elles vont gagner en un an.

C'est donc un jour symbolique aujourd'hui, c'est un peu comme si les femmes travaillaient "gratuitement" à partir d'aujourd'hui.

Il y a pourtant des lois pour faire respecter le principe: "à travail égal, salaire égal". Mais le problème c'est que, précisément, les femmes n'ont pas un travail égal à celui des hommes, et donc pas un salaire égal.

D'abord les femmes travaillent moins que les hommes: 80% des travailleurs à temps partiel sont des femmes. Le problème pour Patricia Biard, responsable de l'égalité à la CSC, c'est que bien souvent, ce temps partiel, ce n'est pas un choix: "Il est souvent la règle, dans un certain nombre de secteurs, comme le nettoyage, le commerce, où les femmes sont à temps partiel et ne peuvent obtenir de temps plein. Elles restent cantonnés dans du temps partiel souvent impossible à cumuler avec un autre temps de travail".

Le plafond de verre

Deuxièmement, les femmes exercent des métiers moins bien payés. Souvent institutrices, infirmières, femmes de ménage, secrétaires,... Et dans l'exemple de la compagnie aérienne, regardez qui est pilote, et regardez qui est hôtesse de l'air; chez les profs, regardez qui enseigne en maternelle et qui enseigne à l'université, c'est assez parlant.

Et puis troisièmement, même dans les métiers mixtes, souvent les femmes n'arrivent pas aux postes les mieux payés, c'est ce qu'on appelle le fameux plafond de verre ; à compétences égales on prendra plus souvent un homme qu'une femme pour des postes à responsabilités. C"est ce que dans le jargon, on appelle les causes inexplicables: les stéréotypes, en fait. "Les femmes ne sont pas embauchées à compétences égales dans les mêmes fonctions que les hommes, le sexisme continue d'être développé, pas partout, mais souvent quand même". 

C'est donc surtout une question d'inégalité des conditions de travail, des horaires, du type de métier qu'on pratique qui au final vont induire une inégalité des salaires, sans parler de l'inégalité des retraites. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK