Caterpillar Gosselies: des expéditions pourraient reprendre cette semaine, selon la CSC

Des machines pourraient être expédiées dès ce début de semaine de l'usine Caterpillar de Gosselies (Charleroi). "Mais le volume des expéditions ne dépassera pas celui des entrées de matériel", a précisé dimanche Jean-Marie Hoslet, secrétaire provincial de la CSC-Metea.

Selon ce dernier, il serait plus sain d'aboutir à terme à un planning de livraison contre la signature d'un accord dans lequel la direction du groupe s'engagerait à débourser une enveloppe suffisante pour financer le plan social, voire des formations pour les travailleurs qui perdront leur emploi.

Il y a quelques jours, la direction de Caterpillar Belgium a demandé aux travailleurs de reprendre les expéditions et de porter le niveau de la production à 70% de ce qu'elle était avant l'annonce de la fermeture début septembre. Sa filiale de droit suisse, Caterpillar SARL a ensuite fait savoir qu'elle suspendrait ses commandes à l'usine carolorégienne si les expéditions ne reprenaient pas dès ce lundi et ne se poursuivaient pas par après au rythme de la production.

Ce n'est pas la corporation qui va faire la loi en Belgique !

Devant ces demandes, les syndicats ont indiqué vendredi qu'ils n'étaient pas opposés à une reprise des expéditions, mais dans des volumes leur permettant de toujours conserver sur le site un stock de machines. "C'est-à-dire de ne pas expédier plus que ce que les travailleurs produisent", a précisé dimanche Jean-Marie Hoslet.

En attendant, la fabrication de 145 machines a déjà été confiée à d'autres usines du groupe. Et cela n'a pas vraiment fait plaisir aux travailleurs. Pour Ivan Del Percio, le délégué FGTB-métal, "Ce n'est pas la corporation qui va faire la loi en Belgique ! Il y a des règles à respecter dans le cadre de la loi Renault et on insistera sur ce point. Il faut impérativement trouver une formule pour fonctionner durant cette loi Renault à travers une reprise d'activités. Ce ne sera plus l'usine du passé. Ça c'est clair. Depuis l'annonce, la corporation doit comprendre que, depuis la trahison faite aux travailleurs, elle doit en payer les conséquences et une expédition contrôlée. Justement pour éviter de tomber dans le piège de la multinationale. Les travailleurs sont en colère à cause de l'arrogance continue avec laquelle on les traite mais une il y a une action forte qui sera annoncée dans les prochaines semaines."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK