L'Union belge et Sun Reizen acquittés dans le dossier du Camping Devillage

Le camping Devillage vendait du rêve sur papier, mais sur place, les supporters ont vite déchanté
Le camping Devillage vendait du rêve sur papier, mais sur place, les supporters ont vite déchanté - © VOISHMEL - AFP

À 14h ce mardi, la cour d'Appel de Bruxelles a acquitté l'Union belge de football (URBSFA) et Sun Reizen dans l'affaire du camping Devillage, ce complexe prévu pour accueillir des supporters belges au Brésil lors de la coupe du monde de Football en 2014 et qui n'aurait pas assuré le confort promis au départ.

L'URBSFA et Sun Reizen avaient pourtant été condamnés en première instance par le tribunal correctionnel de Bruxelles à 3000 euros d'amende pour leur organisation légère et négligente du camping.

En appel, le parquet avait requis la confirmation de la première condamnation.

L'Union belge de football et Sun Reizen avaient pour leur part demandé leur acquittement. Selon la fédération sportive, qui se dit satisfaite du jugement, la faute incombait à la société Oranjecamping. Cette entreprise, acquittée en première instance, devait, selon la défense, se charger de l'hébergement sur le camping. L'avocat de Sun Reizen a lui indiqué que le voyagiste n'était pas responsable des logements, renvoyant lui aussi la balle à Oranjecamping.

Une procédure est par ailleurs toujours en cours au civil.


►►► À lire aussi : La saga de "Devillage", le cauchemar des supporters belges au Brésil


Déception de Test-Achats

L'organisation de consommateurs Test-Achats, partie civile dans ce dossier, défendait les intérêts de 206 supporters réclamant un dédommagement de 500 à 5725 euros. Les réclamations globales avoisinaient les 800.000 euros. Dans un communiqué, l'organisation se dit évidemment déçue de l'arrêt rendu par la Cour d'Appel, mais précise qu'elle devrait poursuivre son action au civil."La Cour d’Appel est évidemment libre de considérer que ni l’Union Belge, ni Sun Reizen ne sont responsables pénalement. Cela laisse intacte la question de la responsabilité civile pour les manquement dans l’exécution du contrat de voyage, conclu avec des centaines de supporters à l’occasion de la Coupe du Monde 2014 au Brésil .Test Achats reste résolument optimiste sur l’issue favorable, même si cela risque de prendre encore un peu de temps, malheureusement", précise Test-Achats.

Je suis cassé, je n'en reviens pas

Jean-Marc Rary est l'un des nombreux supporters représentés par Test-Achats. En 2014, il a déboursé 130 euros par nuits pour séjourner 12 nuits au camping Devillage. En tout, une dépense de 1580 euros qu'il considère hors de prix pour le confort trouvé à l'arrivée.

La décision du tribunal est pour lui une véritable claque : "Je suis cassé, je n'en reviens pas, nous confie-t-il. C'est l'incompréhension, franchement je ne comprends pas. C'est aberrant. Je suis cassé, mais je suis aussi dégoûté et révolté. Si un seul gars de l'Union belge qui avait dû passer une nuit sur le camping, il aurait tout compris. S'ils avaient été passer une journée là-bas avant la coupe du monde, ils ne nous auraient certainement pas envoyés là, parce qu'il n'y avait vraiment rien, absolument rien de rien. C'était vraiment épouvantable".

En 2014, l'aventure virait au cauchemar pour les premiers campeurs arrivés sur place. Deux jours après l'ouverture de la coupe du monde, le Devillage était loin d'être prêt. Alors qu'on leur avait promis connexion wi-fi, électricité et nourriture de qualité dans un camping de luxe, rien ne correspondait à leurs attentes sur place dans un premier temps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK