Brussels Airport: la législation sur les normes de bruit menace-t-elle réellement l'emploi?

La tolérance zéro pourrait signifier 4 à 5 fois plus d'amendes
La tolérance zéro pourrait signifier 4 à 5 fois plus d'amendes - © ERIC LALMAND - BELGA

Le patron de Ryanair a annoncé, ce mardi, qu'il allait suspendre ses investissements à Zaventem.

La compagnie aérienne irlandaise n'est pas la première à menacer de retirer ses billes de Brussels Airport. 

Pourquoi ? Parce qu'à partir du 21 février, la Région bruxelloise va réellement appliquer la législation sur les normes de bruit au-dessus de Bruxelles. 

Autrement dit, des amendes seront infligées pour tout dépassement des normes. Il n'y aura plus aucune tolérance. Ce qui pourrait signifier 4 à 5 fois plus d’amendes, si rien ne change. Ce qui risque évidemment de coûter cher à certaines compagnies aériennes.

Mais dans les faits, y a-t-il réellement un risque pour l'emploi ?

Selon les responsables de Brussels Airport, cette application stricte de la législation va affecter un quart de ses activités cargo, puisque ce sont ces avions qui font le plus de bruit. Quelques 1500 postes seraient menacés.

Mais si deux compagnies cargo ont déjà quitté Zaventem début de cette année, pour la Région bruxelloise, ce n'est pas à cause de sa décision.

Les deux compagnies ont quitté Zaventem pour Schiphol (Amsterdam). Or les normes de bruit y sont plus strictes qu'à Zaventem.

C'est moins un problème de normes de bruit qu'un problème de choix de route

Quant à Ryanair, il vient encore d'investir dans de nouvelles lignes au départ de Charleroi. Pour Benoît Cerexhe (du même parti que la ministre bruxelloise en charge du bruit, Céline Frémaut, cdH), député bruxellois et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, le problème "est nettement moins un problème de normes de bruit qu'un problème de choix de route". Selon lui, "si le gouvernement fédéral, Belgocontrol, décidaient enfin d'appliquer le principe du survol des zones les moins densément peuplées, et de choisir d'autres routes,...et bien, le problème de Ryanair et d'autres compagnies ne se poseraient certainement pas".  

Pour la Région bruxelloise, il est donc grand temps que l'on pense à l'environnement et à la qualité de vie des bruxellois. Cela fait plus de 15 ans que cela dure...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK