Brussels Airlines : direction et syndicats campent sur leurs positions: "on tourne en rond", déplore la CNE

Brussels Airlines : direction et syndicats campent sur leurs positions: "on tourne en rond", déplore la CNE
Brussels Airlines : direction et syndicats campent sur leurs positions: "on tourne en rond", déplore la CNE - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Direction de Brussels Airlines et syndicats se sont à nouveau revus mercredi, après l'annonce le 12 mai d'un plan de restructuration qui menace jusqu'à 1.000 emplois au sein de la compagnie aérienne, soit 25% du personnel.

La réunion de ce mercredi, plus nerveuse indique-t-on de source syndicale, n'a semble-t-il pas permis d'importants progrès. "On tourne en rond", résume Didier Lebbe, de la CNE.

Selon Filip Lemberechts, du syndicat libéral flamand ACLVB, la réunion de ce mercredi, la troisième d'affilée, n'a pas donné grand chose. "Il y a encore du pain sur la planche, aussi bien au sujet du nombre de licenciements que sur le plan social", souligne-t-il.

En principe, la concertation devrait se poursuivre ce jeudi ou vendredi.

La proposition des pilotes de réduire de 45% leur salaire jusqu'en 2023 n'a pas été retenue par la direction qui s'en tient au plan de restructuration annoncé.

Un plan jugé "imbuvable" en l'état par les syndicats. "Comme chaque semaine, la direction nous a dit qu'il ne restait qu'une semaine de liquidités. La Lufthansa conditionne son aide à l'approbation du plan social mais nous ne pouvons pas accepter ce qui est sur la table", poursuit Didier Lebbe, évoquant de nouvelles conditions salariales dignes du modèle low cost. Les syndicats se sentent "pris au piège", selon le responsable de la CNE.

Les instances dirigeantes de Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, ont approuvé durant le week-end de Pentecôte un plan d'aide de 9 milliards d'euros de l'État allemand, qui prendra notamment 20% du capital du groupe. Ce plan doit toutefois encore être approuvé par les actionnaires de Lufthansa le 25 juin.

Quant aux discussions avec l'État belge pour une aide de 290 millions d'euros à Brussels Airlines, elles semblent au point mort.

En attendant, Lufthansa et Brussels Airlines ont annoncé ce mercredi d'importantes pertes au premier trimestre 2020, de respectivement 2,1 milliards et 93 millions d'euros. Le secteur aérien a été particulièrement touché par la crise du coronavirus, la plupart des avions de ligne étant cloués au sol depuis fin mars. Un redémarrage est attendu dans le courant du mois de juin mais il s'annonce lent et progressif.

Journal télévisé de 13H du 03/06/2020