Brexit: les entreprises belges ne sont pas préparées à une absence d'accord

47 jours avant le Brexit. Tout semble montrer que l’on se dirige vers un Brexit dur, sans accord. Pour les entreprises belges, ce serait un retour aux formalités douanières et aux files d’attente aux frontières. Sont-elles préparées aux nouvelles formalités ? Véronique Fiévet s’est rendue dans deux PME hennuyères, pas vraiment rassurées par ce qui les attend.

À Ghislenghien, la société Alimad Food vend des eaux aromatisées à la rose ou à la fleur d’oranger pour la cuisine exotique. « On est devant l’inconnu, s’inquiète Corinne Joubran, sa directrice. L’Angleterre sort de l’Union européenne, elle n’a plus une ligne de conduite connue à l’avance. » L’avenir des exportations vers le Royaume-Uni devient de moins en moins certain.

A Dottignies, près de Mouscron, la PME de 25 salariés Croc’in produit des bouchées apéritives. 15% d’entre elles prennent la direction du Royaume-Uni. Son directeur, Arnaud Bonnel, parle d’un véritable retour en arrière : « Des formalités administratives et douanières qui viendront s’alourdir considérablement, c’est une première chose. La seconde, c’est l’effet de parité entre la livre et l’euro, puisque si la livre vient à perdre de la valeur, nos produits se retrouveraient plus chers pour les Anglais », dénonce-t-il.

Trois quarts des entreprises ne sont pas prêtes

Contrairement à Croc’in, trois quarts des entreprises belges n’auraient pas encore conscience de ce qui les attend. « Les gens ne se sentent pas encore affectés au niveau commercial et au niveau de leur production à eux, et ils doivent faire attention », met en garde Geneviève Roberti, consultante en exportation et spécialiste de l’Angleterre.

Les entreprises belges semblent pourtant rattraper leur retard ces derniers jours, et l’administration des douanes aussi : 141 nouveaux douaniers vont être recrutés pour éviter les files aux ports et aéroports.

 

Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK