Brésil: le réal clôture à son niveau le plus bas depuis sa création

Brésil: le réal clôture à son niveau le plus bas depuis sa création
Brésil: le réal clôture à son niveau le plus bas depuis sa création - © Tous droits réservés

La devise brésilienne, le réal, a clôturé jeudi à son plus bas historique, à 4,16 unités le dollar, au lendemain de la décision de la Banque centrale de maintenir son taux d'intérêt directeur inchangé malgré la forte inflation.

Le réal a ainsi chuté de 1,49% par rapport à la veille. Fin septembre, le réal avait déjà atteint, avec 4,14 unités le billet vert, un plus bas historique depuis son entrée en circulation en 1994 pour remplacer le cruzeiro dans le cadre d'un programme de stabilisation de l'économie.

Mercredi, la Banque centrale du Brésil a décidé, contre toute attente, de maintenir inchangé son taux directeur, à 14,25%, à ce niveau depuis juillet, afin de prendre en compte les mauvaises perspectives économiques pour le géant sud-américain cette année et face aux "incertitudes internes et principalement externes".

"La chute du réal se doit à cette décision parce que les investisseurs cherchent des actifs alternatifs pour se protéger de l'inflation, comme le dollar", a déclaré à l'AFP Paulo Gomes, économiste chez Azimut Brasil Wealth Management.

Les analystes et opérateurs de marché tablaient ces jours-ci sur une hausse de 0,25 à 0,5 point du taux, après un communiqué de la BC mardi qui réagissait aux nouvelles prévisions du Fonds monétaire international (FMI). D'après l'institution internationale, le Brésil entraînera à la baisse pratiquement toute la région avec une chute de 3,5% de son PIB alors qu'en octobre, seul un recul de 1% était prévu.

Face aux inquiétudes avec la croissance de la Chine et la chute du prix du pétrole, les marchés cherchent également des investissements considérés comme plus sûrs, comme le dollar, selon les analystes.

La veille le réal avait déjà franchi la barre des 4 unités, à 4,10 le dollar à la clôture.

Le Brésil, première économie d'Amérique latine, lutte depuis près de cinq ans contre un ralentissement qui a viré à la crise économique en 2015.

Le pays est entré en récession au deuxième trimestre, réduisant sa capacité d'épargne et l'obligeant à réduire à cinq reprises cette année son objectif budgétaire. Il l'a ainsi fait passer d'un excédent de 1,2% du PIB à un déficit qui pourrait atteindre 2%, soit quelque 31 milliards de dollars.

L'inflation a atteint 10,67% en 2015, plus haut niveau depuis 2002, et plus de deux fois supérieur à l'objectif du gouvernement de 4,5%, selon les chiffres officiels rendus publics début janvier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK