Bpost revient sur sa décision de faire payer les retraits d'argent

Bpost banque est finalement revenue sur sa décision d’imposer le paiement d’un montant de 50 centimes d’euros par retrait bancaire — à l’exception de 12 retraits gratuits par an — sur le compte gratuit b.compact, a-t-elle annoncé vendredi en fin de journée. La décision avait suscité de nombreuses réactions.

Dans un bref communiqué, Bpost banque reconnaît être « sans doute » allée « un peu vite en besogne » et avoir « sous-estimé l’attachement » de tous ses clients « à la gratuité des retraits aux distributeurs de billets ».

« Pour répondre aux inquiétudes exprimées par les clients, Bpost banque a donc pris la décision de ne pas appliquer cette tarification. Les retraits aux distributeurs de Bpost resteront donc gratuits au-delà du 18 mars. Les autres éléments de la tarification demeurent inchangés », précise la banque.

"Inacceptable" pour Chris Peeters

Une mesure jugée "inacceptable" un peu plus tôt dans la journée par Chris Peeters, le ministre fédéral des Consommateurs. Les tarifs que Bpost annonce vont à l’encontre du gentlemen’s agreement conclu avec le secteur bancaire en 2004. L’accord prévoit que les banques doivent offrir gratuitement 24 retraits d’argent, a-t-il réagi. Le secteur bancaire a également une responsabilité sociale, ce qui est d’autant plus vrai pour une entreprise publique comme bpost. Il est inacceptable que les gens doivent payer pour retirer leur propre argent aux distributeurs de la banque où ils sont client. Je me mettrai en rapport avec bpost et Febelfin, afin de leur rappeler les engagements du gentlemen’s agreement. Le gentlemen’s agreement doit être respecté."

Bpost banque utilise le réseau de ppost

En interview ce matin, Frédéric Jonnart, le porte-parole de bpost Banque précisait qu'il y avait une différence entre bpost et bpost Banque. "Nous avons des liens forts bien entendu mais nous sommes deux entreprises distinctes. Bpost Banque n'a pas de réseau de distributeurs de billets propres. Nous utilisons le réseau de Bpost. Ce n'est pas anodin dans le sens où Bpost applique une tarification à toutes les institutions bancaires, y compris la nôtre."

Une victoire pour Test-achats

Test-Achats a accueilli cette seconde décision "avec satisfaction", estimant que sa pression et celle des consommateurs, qui s'est notamment matérialisée par une pétition ayant recueilli près de 800 signatures en quelques heures, "a payé".

Test-Achats, qui laisse sa pétition en ligne, entend "rester vigilant et maintenir la pression".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK