BNP Paribas veut récupérer les dividendes de sa filiale belge, diminuant les moyens pour soutenir l'économie belge

BNP Paribas prévoit de récupérer 1,9 milliard d'euros de dividendes auprès de sa filiale belge
BNP Paribas prévoit de récupérer 1,9 milliard d'euros de dividendes auprès de sa filiale belge - © Pascal Le Segretain - Getty Images

Alors que la pandémie de coronavirus se poursuit, inexorablement, et que les banques sont sollicitées pour soutenir l'économie, BNP Paribas prévoit de récupérer 1,9 milliard d'euros de dividendes auprès de sa filiale belge BNP Paribas Fortis, rapporte De Standaard mercredi. Une position qui va à l'encontre de l'appel de la la Banque centrale européenne (BCE) comme le rappelle d'ailleurs le ministre des Finances Alexander De Croo.

Les bénéfices belges rapatriés... en France

L'institution bancaire française BNP Paribas prévoit ainsi de rapatrier la quasi totalité des bénéfices engrangés par sa filiale belge, diminuant dès lors les moyens à disposition pour soutenir l'économie belge durant la crise provoquée par la pandémie de coronavirus. Ce montant est d'ailleurs plus conséquent que le 1,5 milliard d'euros de pertes encaissées par les banques belges dans le cadre des mesures prises par le ministre des Finances Alexander De Croo (Open VLD).


►►► À lire aussi: Notre dossier sur le coronavirus


BNP Paribas entend pourtant poursuivre sa politique de dividendes et a donc besoin de l'argent de sa filiale belge. Si la banque française s'en tient à son plan, ce n'est pas seulement la Belgique qu'elle risque d'affaiblir mais aussi sa capacité à soutenir l'économie française.

Cette décision surprend, alors que la grande banque française a déjà été incitée à plusieurs reprises à ne pas verser de dividendes. Vendredi, la Banque centrale européenne a appelé les banques à s'en abstenir et plusieurs institutions bancaires ont rapidement fait savoir qu'elles respectaient cet appel.

De son côté, le ministre De Croo a également réitéré sa demande de ne pas verser de dividendes. "Je vois que plusieurs banques suivent l'appel de la BCE et n'ont donc pas eu besoin de moi pour prendre cette décision", a-t-il commenté.

"Nous allons faire entendre notre voix au conseil d'administration de BNP Paribas", a-t-il dit au micro de la VRT-radio. L'État belge est actionnaire à hauteur de quelque 7% de BNP Paribas et est donc représentée au sein de son conseil d'administration.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK