Manifestation contre la pêche électrique à Nieuport: "Depuis 3 ans, on a perdu au moins 15 bateaux"

Les pêcheurs européens ont manifesté dans plusieurs ports, en Belgique, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas ce lundi 18 juin. Leur revendication est simple : l'interdiction pure et dure de la pêche électrique. La première étape a déjà été validée au Parlement européen. Le texte doit maintenant être approuvé par les États membres de la Commission.

A Nieuport, les pêcheurs ont fait retentir leurs cornes de brume. Objectif : se faire entendre et exprimer tout le mal qu'ils pensent de la pêche électrique. Philippe Nowé, pêcheur depuis 48 ans, a vu les dégâts des impulsions électriques sur les poissons. "Des taches de brûlure, de petits poissons qui sont croqués (...). Ce sont de poissons qui ne vont jamais survivre pour se reproduire. Ce n'est pas normal", déplore-t-il au micro de la RTBF.

Tous les ans, la pêche diminue

Thierry Boulanger est pêcheur depuis 1979. Il est venu de Dunkerque et fait le même constat que ses collègues belges. Selon lui, "depuis que le chalut électrique est installé, tous les ans, la pêche diminue. Et pas qu’un peu".

Quand les chalutiers, principalement hollandais, passent dans les zones de pêches du sud de la mer du Nord, il ne reste généralement plus rien pour les autres pêcheurs. "Depuis trois ans, on a perdu au moins 15 bateaux. Donc on se demande comment on va finir l'année", déplore Philippe Nowé.

Tous espèrent que l'Europe procédera à l'interdiction définitive de la pêche électrique. Beaucoup pensent à la Chine, qui l'autorisait pendant un temps avant de faire marche arrière.