Blanchiment d'argent: une entreprise sur cinq pas en règle ?

Le blanchiment d'argent en question dans notre pays.
Le blanchiment d'argent en question dans notre pays. - © Jonas Hamers - ImageGlobe

Ce sont nos confrères de la Libre Belgique qui l'affirment, une entreprise sur cinq n'a toujours pas complété le registre UBO (Ultimate Beneficial Owner). Ce répertoire, exigé par directive européenne dans le but de prévenir le blanchiment de capitaux ou le financement du terrorisme, doit centraliser les informations sur les bénéficiaires effectifs des entreprises (actionnaires, dirigeants principaux, administrateurs, etc.). Les entreprises avaient jusqu'au 31 décembre dernier pour remplir ce registre UBO.

De lourdes amendes

Les chiffres arrêtés en date de jeudi montrent que "seules" 542.684 entités juridiques ont présenté au moins un bénéficiaire effectif, a appris La Libre auprès du SPF Finances. Cela ne représente que 80,4% des 675.000 entités considérées comme actives par la Banque Carrefour des Entreprises et donc censées déclarer de "façon exacte et actuelle" leurs bénéficiaires.

Autre détail de taille, 20.532 entreprises supplémentaires se sont pourtant connectées à l'application intégrée au portail MyMinFin mais apparemment sans finaliser leur enregistrement. Cela signifie que quelque 563.216 entités ont entrepris la démarche de transparence fiscale. Soit à peine 83% du public visé.

Les entreprises défaillantes risquent des amendes de 250 à 50.000 euros. Mais, le SPF Finances procèdera d'abord à un rappel à l'ordre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK