Black Friday: un événement qui marche parce que son message est clair

Black Friday ou Singles Day... des concepts faciles à comprendre.
Black Friday ou Singles Day... des concepts faciles à comprendre. - © FRED DUFOUR - AFP

Le Black Friday, c’est demain, une tradition américaine qui est devenue la nouvelle folie commerciale du moment Pierre Alexandre Billiet, le patron de Gondola, le magazine consacré au commerce de détail, le reconnaît volontiers, l’événement est " un peu  too much". Cette tendance qui vient des États-Unis et qui a fait fureur en quatre ans de temps, est passée de zéro à un énorme impact commercial sur la Belgique. Les Belges sont devenus tout à fait adeptes de cet événement de consumérisme, mais fait-on pour autant de bonnes affaires ?

En termes absolus, explique Pierre Alexandre Billiet, Il y aura des remises importantes sur des produits essentiellement non alimentaires. Tout ce qui est électro et média, donc les produits qui étaient un peu plus difficiles à vendre lors de soldes, mais qui ont un impact énorme et qui sont bien vendus lors de la fin d’année. Par contre, le cadre référentiel devient de plus en plus difficile. Si vous avez 30% de réduction sur tous les produits et partout, quelle est encore la bonne affaire à ce moment-là ? "

Le consommateur connaît le prix de deux produits

Mais si l’on est capable tout le temps et partout de nous faire 30% sur un prix de base, s’agit-il du vrai prix ? Pour le patron de Gondola, le consommateur est aujourd’hui incapable de connaître le prix de plusieurs produits. " Pour vous donner une idée, un supermarché compte 20 000 produits. Le consommateur connaît le prix d’en moyenne deux produits. Lors du Black Friday, il est a l’impression de faire une bonne affaire, mais sur des prix qu’il ne connaît pas. On se rend compte qu’il y a une énorme vague tendancieuse vers ces soi-disant bonnes affaires. Bien sûr qu’il y a moyen de faire des bonnes affaires, mais il faut relativiser tout ça. "

Saint-Nicolas trop complexe?

D’autant qu’il y a aussi le Singles' Day, un moment unique essentiellement en Chine, qui est Le moment où les supermarchés et les commerces chinois vendent le plus de produits pendant l’année.

Preuve, pour Pierre Alexandre que ce qui fonctionne très bien chez le consommateur, ce sont des messages simples. " Même Saint-Nicolas devient complexe aujourd’hui. C’est une fête qui à l’origine est quand même légèrement catholique...  Il porte une croix. Il y a le Père Fouettard, est-ce qu'il est noir, blanc ? Est-ce une fête catholique, pas catholique ? Est-ce qu’il y a une croix sur la mitre de Saint-Nicolas ? Ttout ça devient complexe. C’est plus clair avec le Black Friday".

 

 

Reportage sur le "Black friday" dans notre JT 19h30 du mercedi 21 novembre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK