Bilan du salon de l'auto 2012: l'effet de crise est limité

Le salon de l'auto 2012 dresse son bilan
3 images
Le salon de l'auto 2012 dresse son bilan - © RTBF

561 000 personnes ont visité le salon de l'auto qui vient juste de fermer ses portes. Avec la suppression des primes fédérales et les records de vente en décembre dernier, on annonçait un salon de crise. Finalement, le public est bien venu. Beaucoup de personnes intéressées mais pas toujours de signature de contrat à la clef. C'est le secteur des voitures de luxe qui semble s'en sortir le moins bien. Face à l'incertitude fiscale, les belges les plus fortunés semblent hésiter.

La fréquentation du salon est plutôt satisfaisante pour le secteur automobile. Samedi soir, les organisateurs comptabilisaient 512 000 visiteurs. Au terme de cette journée de dimanche, le bilan final devrait avoisiner les 550 000 personnes. Soit une baisse de 5 à 10 % par rapport à un salon normal. L'effet crise est donc plutôt limité.

C'est moins évident au niveau des signatures de contrat et plus particulièrement dans le secteur des voitures de luxe et des voitures de sport. Chez Ferrari, par exemple, les signatures de contrat se comptent sur les doigts de la main, beaucoup de clients potentiels expliquant qu'ils vont voir comment ces voitures vont être taxées avant de décider un éventuel achat.

La même incertitude perturbe les voitures de société. Là aussi, les clients attendent de voir quel régime fiscal sera adopté. Et puis les voitures dites "écologiques" sont également victimes de la disparition des primes même si les voitures électriques ont suscité beaucoup d'intérêt. Du côté des constructeurs généralistes, on ne crie pas à la catastrophe et on se dit que les conditions salon ne s'achèveront pas ce dimanche.

Il faudra  attendre le mois de mars au moment de l'immatriculation des voitures achetées au salon pour tirer un bilan final de cette édition 2012.

D. Dussein
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK