Bernard Arnault (LVMH) s'implique dans Lagardère, dont le titre s'envole

Bernard Arnault (LVMH) s'implique dans Lagardère, dont le titre s'envole
Bernard Arnault (LVMH) s'implique dans Lagardère, dont le titre s'envole - © ERIC PIERMONT - AFP

Le titre Lagardère s'envolait de 28% à la Bourse de Paris vendredi au lendemain de l'annonce d'une prise de participation de Bernard Arnault au capital de l'entreprise, en pleine bataille entre actionnaires.

En matinée, le titre grimpait de 28,07% à 19,48 euros dans un marché déprimé (-0,84%). L'homme le plus riche de France a acquis à travers l'instrument financier Financière Agache 27% de la holding personnelle d'Arnaud Lagardère. A cet investissement de quelque 80 millions d'euros s'est ajoutée une surprise, la prise de "participation directe" de Bernard Arnault de 5,5% du capital du groupe Lagardère, qui s'élève, au prix du marché, à une centaine de millions d'euros.

"Cette manœuvre induit probablement des réactions positives à venir pour Lagardère", commente Mikael Jacoby, responsable du courtage Europe continentale à Oddo BHF. Il évoque la possibilité d'opérations de fusions et acquisitions avec le groupe du milliardaire français.

Avec son bond boursier vendredi matin, Lagardère retrouvait ses plus hauts niveaux de l'année, effaçant l'ensemble des pertes causées par la pandémie de Covid-19. Pour sceller l'alliance au sein de Lagardère, le patron de LVMH a obtenu un siège sur quatre au sein du conseil d'administration d'Arjil Commanditée - Arco, une société-clé dans le statut si particulier du groupe Lagardère qui permet de verrouiller son contrôle par l'héritier du fondateur Jean-Luc Lagardère.

Ce groupe éponyme se trouve depuis plusieurs mois au centre d'une rude bataille d'actionnaires. Dernier événement en date, le géant des médias Vivendi et le fonds britannique Amber Capital demandent en justice l'organisation d'une assemblée générale exceptionnelle.

Vivendi et Amber détiennent ensemble un peu moins de 45% du capital de Lagardère et veulent nommer quatre membres au sein du conseil de surveillance. Leur requête conjointe, qui avait été refusée fin août par Lagardère, a été considérée "légitime" mardi soir par le fonds souverain qatari, un actionnaire de longue date du groupe (13% des parts) dans un communiqué exceptionnel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK