Batibouw veut apprendre à ses visiteurs à construire à moindre coût

Faute de jolies tortues, les jeunes couples achètent aujourd'hui de vieilles carapaces à rénover.
Faute de jolies tortues, les jeunes couples achètent aujourd'hui de vieilles carapaces à rénover. - © Belga

"Construire à des coûts optimaux", ou atteindre l'équilibre optimal entre les économies d'énergie et le surcoût qu'elles engendrent sur le budget de construction, est un des trois thèmes centraux de la prochaine édition de Batibouw. "Start to renovate" et "la maison digitale" sont les deux autres axes principaux autour desquels se développera le salon de la construction et de la rénovation qui se tiendra du 26 février au 8 mars 2015 dans les palais de Brussels Expo, indique l'organisateur Fisa.

Le point de coût optimal est le point à partir duquel la diminution de la consommation énergétique ne compense plus le coût de l'isolation, explique l'organisateur. Ce point diffère selon tous les projets immobiliers en fonction du coût de la construction, du coût de l'énergie et des primes et des avantages fiscaux possibles, "et ce sur une période de trente ans". Avec "start to renovate", Batibouw avoue vouloir surfer sur la vague de la rénovation, actuellement à la mode dans le domaine de la construction. "La TVA faible et les primes à la rénovation font que les jeunes familles optent de plus en plus pour des bâtiments à rénover", commente l'organisateur. Elles peuvent ensuite étaler les travaux dans le temps avec un budget limité, en se concentrant d'abord sur les tâches essentielles. Le troisième thème du salon, "la maison digitale", se focalise sur les développements technologiques qui rendent les appareils domestiques de plus en plus intelligents. "Il faut s'attendre à ce que les nouvelles applications rendent possible ce que la domotique n'avait pas réussi, à savoir prendre une partie de notre manière d'habiter." Batibouw avait attiré un peu plus de 300 000 visiteurs lors de sa dernière édition.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK