Batibouw – Energie, rénovation : la jungle des primes

Régionalisation des compétences oblige, les incitants financiers à la rénovation des habitations ou aux travaux destinés à économiser de l’énergie varient d’une région à l’autre. Il n’est pas facile pour les ménages belges de s’y retrouver. L’effort en vaut pourtant la peine car pour de nombreux ménages, il y a moyen de réduire la facture. Les guichets « énergie » des régions sont là pour aider les propriétaires. On peut aussi payer des acteurs privés qui offrent leurs services pour chasser les primes.

 

L’isolation, l’amélioration des performances énergétiques des habitations, c’est l’un des marchés qui se porte le mieux dans le secteur du bâtiment.

Il est porté par les souhaits des ménages de faire des économies d’énergie. Il est aussi soutenu par les primes offertes par les autorités.

En 2013, un sondage réalisé en marge de Batibouw révélait que 80% des ménages ne s’y retrouvaient pas dans les primes. Pas sûr que cela ait changé en 2016.

La variété des primes d’une région à l’autre laisse même les fabricants d’isolants perplexes, comme l’explique Frédéric Mélotte, responsable des ventes pour une partie du territoire wallon chez Recticel, fabricant belge d’isolants : " Les primes sont différentes que ce soit en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles. Même pour nous-mêmes, ce n’est pas évident à suivre. Nous sommes des spécialistes de l’isolation mais pas des primes à l’isolation. Mais c’est quelque chose qui est très important pour nous parce que, oui, ça touche au portefeuille du consommateur et c’est ça qui l’incite à isoler, bien entendu ".

 

Chaque région a son système de primes

 

Isoler les toitures, les murs, les sols, installer un chauffage, chaque région a son propre système de primes. En Wallonie, toute l’offre de primes a été remise à plat en 2015. Les primes énergie ou rénovation sont octroyées sous conditions. Les principales sont qu’il n’y a pas de primes pour une construction neuve, que le bien doit être un logement depuis vingt ans, qu’il faut y habiter cinq ans et ne pas gagner plus de 93.000 euros bruts par an. A ces conditions, les ménages wallons bénéficient d’un coup de pouce. Exemple pour l’isolation d’une toiture, comme l’explique Monia Ben Slama des Guichets Energie Wallonie : " Pour une isolation de toiture réalisée par un entrepreneur, on a droit à la prime à concurrence de maximum 100 m2 de toiture. La prime varie, pour les revenus les plus élevés à 500 euros, donc 5 euros par m2, à 1500 euros pour la même toiture mais pour des revenus plus faibles ".

Autre exemple en Wallonie, la prime à l’installation d’un chauffe-eau solaire. Dans le cas d’une installation pour une famille de quatre personnes, l’investissement d’environ 6500 euros pourra être en partie réduit grâce à une prime de 1500 euros.

Consulter le guichet énergie de sa région (Homegrade.Brussels à Bruxelles et Guichets Energie Wallonie en Région wallonne) et bien lire les brochures explicatives seront nécessaires pour s’y retrouver dans les aides disponibles. A Bruxelles, le système de primes est au moins aussi complexe qu’en Wallonie mais il y a là aussi moyen de bien réduire sa facture. Exemple avec une chaudière au gaz à condensation, l’un des investissement les plus fréquents à Bruxelles et pour lequel des primes sont sollicitées. Il y a là aussi des conditions liées aux revenus du ménage ou à l’endroit où le logement est situé en région bruxelloise. Faire l’effort d’introduire une demande de prime en vaut la peine, comme le détaille Guillaume Amand, architecte chez Homegrade.Brussels, le nouveau nom des guichets bruxellois de l’Energie : " La prime à la rénovation avant travaux qui permet d’obtenir de 500, 600 jusqu’à 1100 euros pour une installation de chauffage performante. Et ensuite, les primes énergie qui selon les revenus permettent de bénéficier de 500 à 700 euros pour une chaudière à condensation ".

 

Payer pour être conseillé

 

Alors pour aider les ménages, outre les guichets énergie, tout un business se développe. Les géants du secteur de l’énergie, fournisseurs de mazout, gaz ou électricité commencent à prendre position sur le marché pour, par exemple conseiller les ménages qui ont des travaux en matière de chauffage ou d’isolation à faire mais aussi pour calculer avec eux et pour eux les primes disponibles, comme le détaille Jérôme Kervyn de Meerendré, manager chez Total Energy Solutions : " On a l’analyse du coût d’acquisition et puis, par région et par type d’installation les primes associées. Et donc, on accompagne le client aussi bien dans le diagnostic, prioritiser les travaux. Et puis la réalisation et tout ce qui est documents administratifs pour les primes et les subsides ".

 

Dans ce cas-ci, un conseiller viendra à domicile pendant deux heures. Le coût pour ce service est de 350 euros. C’est le prix à payer pour ne pas tracer soi-même son chemin dans la jungle des primes.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK