Batibouw 2020: la tendance aux logements de plus en plus petits se confirme

Le salon Batibouw débute ce samedi.
Le salon Batibouw débute ce samedi. - © Batibouw

La grande messe annuelle de la construction et de la rénovation débute ce samedi à Brussels Expo. Et le thème de cette année c’est la construction d’espaces de plus en plus petits. Une tendance qui se confirme aussi bien en Flandre qu’en Wallonie, analyse notre journaliste Maxime Paquay sur La Première.

Pression démographique

Pour Maxime Paquay, la tendance est claire, "la construction croît presque quatre fois plus vite que les autres secteurs d’activité", une croissance en augmentation de 4%. Et parallèlement, "la taille moyenne (le nombre de mètres carrés par permis de bâtir, ndlr) est en baisse, surtout en Flandre mais aussi en Wallonie pour les maisons neuves stagne, alors que la construction d’appartements a plutôt tendance à augmenter", explique-t-il.


►►► Lire aussi : en 2019, quelles étaient les provinces les plus chères et les moins chères ? (carte)


Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène. En premier lieu, la pression démographique qui, en définitive, a une influence sur l’offre et la demande. En bref, " la population continue d’augmenter, la taille des ménages se réduit, alors que les terrains disponibles, eux, se raréfient", analyse Maxime Paquay.

Le vieillissement de la population a aussi une incidence la diminution des espaces construits. Les personnes plus âgées constituent "le groupe de population qui croît le plus rapidement pour le moment", pointe le journaliste. Et ce groupe de population est bien plus demandeur d’espaces réduits.


►►► Lire aussi : l’immobilier n’a jamais été aussi cher en Belgique, découvrez notre carte interactive


Le cas de Bruxelles

Une pression bien plus importante dans la capitale. En effet, si en Belgique "il y a plus de logements construits que de nouveaux ménages qui apparaissent, ça se fait surtout dans des endroits très prisés où il y a une forte demande. À ce stade, ça n’a pas d’effet négatif sur les prix, ça permet tout juste de ralentir leur augmentation".

Mais à Bruxelles, cette tendance ne se vérifie pas. On estime que 30.000 ménages devraient s’installer à Bruxelles d’ici 10 ans, soit 3000 par an. Or, dans la capitale le nombre de construction ne suit pas. On en compte seulement 1400 en 2019. Ainsi, souligne Maxime Paquay, "sans assouplissement du cadre réglementaire, la pression démographique bruxelloise va continuer à augmenter et risque bien de faire encore un peu plus augmenter les prix de l’immobilier à l’achat, à Bruxelles en tout cas".

Ainsi, en règle générale " la tendance vers du logement neuf plus petit devrait normalement se confirmer dans les années qui viennent", même si "un tiers des Belges n’est pas prêt à voir la taille de son logement diminuer".

Extraits de notre JT 19h30 de ce vendredi:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK