BASF cesse le développement et la commercialisation d'OGM en Europe

Manifestation anti-OGM en Pologne
Manifestation anti-OGM en Pologne - © EPA/Maciej Kulczynski POLAND OUT

Le numéro un mondial de la chimie, l'allemand BASF, a annoncé lundi qu'il renonçait au développement et à la commercialisation de nouveaux produits transgéniques destinés à l'Union européenne, face aux réserves de certains pays vis-à-vis de cette technologie.

"Nous sommes convaincus que les biotechnologies vertes sont cruciales pour le 21e siècle. Mais (elles) ne sont pas suffisamment acceptées dans de nombreuses régions en Europe par la majorité des consommateurs, des agriculteurs et des responsables politiques", a estimé Stefan Marcinowski, membre du directoire de BASF cité dans un communiqué.

"C'est pourquoi, cela n'a pas de sens économique de continuer à investir dans des produits devant être exclusivement cultivés dans ce marché", a-t-il ajouté.

BASF va notamment cesser la culture d'Amflora, sa pomme de terre renforcée en amidon destinée à l'industrie qui avait été autorisée en Europe en 2010, et a par ailleurs décidé de transférer le siège de sa recherche-développement en cultures transgéniques aux Etats-Unis.

Le groupe laisse toutefois la porte ouverte pour ses pommes de terre transgéniques déjà développées Amadea, Modena et Fortuna : leurs demandes d'autorisation déjà lancées dans l'Union européenne vont se poursuivre, a-t-il précisé.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK