Baromètre des notaires 2021 : la vente immobilière bat des records, les prix augmentent surtout en Flandre

Après un an de confinements successifs, les Belges ont envie de changer d’air. C’est en tout cas ce que révèle le baromètre immobilier de la Fédération du Notariat ce jeudi : sur les six premiers mois de l’année, les transactions immobilières ont augmenté de 30,6% par rapport à 2020. Un chiffre à relativiser, estime le notaire Renaud Grégoire, porte-parole du site notaire.be : "Le premier semestre de 2020 avait été marqué par le confinement lié au coronavirus où l’activité avait très fortement ralenti."

Il n’empêche, même si l’on compare avec 2019, année plus "classique", le constat reste le même : les ventes de biens immobiliers ont augmenté de 16,7%, grâce à des taux d’intérêt assez bas et un investissement massif dans l’immobilier. La hausse est constatée dans toutes les régions, même si la Wallonie est devant, avec 19,4% de transactions en plus par rapport aux premiers mois de 2019, contre 16,1% en Flandre et 8,8% dans la région de Bruxelles-Capitale.


►►► À lire aussi : Selon Statbel, les prix de l’immobilier ont fortement augmenté au premier trimestre 2021


En parallèle, le prix de l’immobilier augmente toujours en Belgique, mais plus lentement. Le prix moyen d’une maison atteint désormais 289.456 euros, soit une augmentation de 3,2% en prenant en compte l’inflation. Le Belge devra débourser 9000 euros de plus qu’auparavant. Pour un appartement, il faudra compter en moyenne 254.267 euros, soit une augmentation de 2,8% en comptant l’inflation.

La hausse des prix concerne principalement la Flandre, avec une augmentation de 5,1% (pour les maisons) et de 4,6% (pour les appartements). En Wallonie (2,9% pour les maisons, 0,7% pour les appartements) et à Bruxelles (1,6% et 2,5%), l’augmentation est plus faible.

Les prix explosent en province de Luxembourg, le Hainaut plus abordable

En Wallonie, la palme de la plus forte augmentation revient à la province de Luxembourg, qui voit ses prix grimper à 236.234 euros pour une maison et 188.191 euros pour un appartement. Depuis 2016, le prix d’une maison a augmenté de 26,6% dans la province ! "Compte tenu de l’inflation, il faut désormais payer 35.000 euros plus cher qu’il y a 5 ans pour acheter une maison en province de Luxembourg", affirme le porte-parole. C’est également dans cette province que le nombre de transactions a explosé cette année : +41,4% depuis 2020.

À l’inverse, la province du Hainaut reste la plus abordable de Belgique pour une maison, qui se vend à 171.438 euros en moyenne. Une augmentation de 3,5% par rapport à 2020, dans une province où les maisons sont ultra-majoritaires sur le marché (89%).

Forte augmentation dans les Flandres

Au Nord du pays, la hausse des prix concerne particulièrement la Flandre Orientale : 6,7% d’augmentation en un an, soit 27,9% de plus qu’il y a cinq ans. Le prix d’une maison atteint les 316.783 euros en moyenne. Cela reste toutefois moins cher que l’immobilier du Brabant flamand : 373.215 euros en moyenne, soit une augmentation de 5,5% en un an.


►►► À lire aussi : TrustUp.be : la plateforme pour trouver un professionnel du bâtiment fiable s’attaque au marché flamand


La plus grande poussée des transactions a lieu en Flandre Occidentale, avec 36% de ventes en plus par rapport au début 2020. Appartements comme maisons coûtent environ 283.000 euros en moyenne, une petite augmentation.

Le prix d’un appartement dépasse les 280.000 euros à Bruxelles

A Bruxelles, le nombre de transactions augmente peu, avec 18,1% de ventes en plus par rapport à 2020. En revanche, c’est dans la région que les prix sont les plus hauts pour une maison (507.936 euros en moyenne), malgré une relativement faible augmentation.


►►► À lire aussi : Marché de bureaux à Bruxelles : 2021 sera une année de transition


Pour un appartement, il faut débourser en moyenne 281.593 euros, soit 36.000 euros de plus qu’il y a cinq ans, inflation prise en compte. Un record : pour la première fois, le prix moyen d’un appartement bruxellois dépasse les 280.000 euros. En cinq ans, c’est à Bruxelles que la hausse des prix est la plus forte.

Qui peut encore acheter en Belgique ?

Les chiffres du baromètre 2021 confirment également une tendance : plus de la moitié des acheteurs ont entre 30 et 50 ans. Une augmentation de plus de 2% en cinq ans. A l’inverse, les moins de 30 ans sont de moins en moins nombreux : ils représentent désormais moins d’un quart des acheteurs.

"Aujourd’hui, il devient difficile d’acheter la maison ou l’appartement de ses rêves sans une aide financière de ses proches, surtout quand on achète seul", constate Renaud Grégoire, qui conseille de viser "un bien plus petit, ou moins bien situé, dans un premier temps". Acheter petit pour que le bien prenne de la valeur. Pour mieux acheter plus grand ensuite.

Sur le même sujet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK