Banque mondiale: croissance mondiale révisée en hausse, les pays pauvres à la traîne

"Les économies avancées vivent leurs meilleurs jours, les pays à faible revenu les pires": l'économie mondiale va enregistrer cette année sa plus forte croissance en 80 ans mais les pays pauvres, en manque de vaccins contre le Covid, continuent d'être à la traîne, déplore mardi la Banque mondiale.

L'institution de Washington a relevé de 1,5 point à 5,6% sa prévision de croissance mondiale 2021, tirée par un fort rebond de "quelques économies majeures" avancées dont les Etats-Unis.

De leurs côtés, les économies émergentes et en développement vont enregistrer une croissance de 6%.

En théorie, "c'est plutôt (un taux) impressionnant", a réagi Ayhan Kose, vice-président de la Banque mondiale au cours d'un entretien avec l'AFP. "Mais c'est que la Chine joue un rôle important", avec une croissance attendue de 8,5%, explique l'économiste.

Hors Chine, la croissance de ces pays ne sera plus que de 4,4% et si l'on prend uniquement les pays à bas revenus, la croissance tombe légèrement au-dessous de 2%, a-t-il détaillé.

"Les économies avancées vivent leurs meilleurs jours, les pays à faible revenu les pires", dit-il.

La Banque mondiale a en effet amélioré les prévisions pour presque toutes les régions et pays, exception faite des pays à faible revenu.

Les décideurs doivent garder à l'esprit qu'il est "absolument essentiel de vacciner rapidement et de vacciner partout, pas seulement dans les économies avancées".

"Bien qu'il y ait des signes encourageants de reprise mondiale, la pandémie continue d'infliger pauvreté et inégalités aux populations des pays en développement du monde entier", a résumé de son côté le président de la Banque mondiale, David Malpass.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK