Bananes Fairtrade: Lidl fait marche arrière et introduit des bananes certifiées Rainforest Alliance, moins chères

Lidl réintroduit un second type de bananes dans ses rayons:
Lidl réintroduit un second type de bananes dans ses rayons: - © Tous droits réservés

Le 4 avril dernier, l’enseigne Lidl annonçait vendre exclusivement des bananes étiquetées Fairtrade dans les rayons de ses magasins. Une première en Belgique.

Pourtant, comme le dénonce Trade for Development Centre, le discounter semble être revenu sur son engagement début septembre en réintroduisait une seconde variété de bananes. Elles sont certifiées Rainforest Alliance et sont vendues moins cher que les Fairtrade : 1,05 euro le kilo, contre 1,25 euro pour les bananes Fairtrade (prix relevé dans un magasin à Bruxelles le 18 septembre 2019).

Par contre, on a fait le choix de ne pas avoir de bananes "discount"

"On suit le marché Belge et on a remarqué une légère baisse des ventes. Le consommateur Belge n’était pas prêt à 100% et préfère avoir le choix, c’est pour ça qu’on a réintroduit une autre banane, un peu moins chère mais assez durableD’un côté il fallait satisfaire le client et de l’autre, respecter notre engagement durable", indique Isabelle Colbrandt, porte-parole pour Lidl Belgique, Luxembourg.

Rainforest Alliance ne poursuit pas les mêmes objectifs que le label Fairtrade. La première est une ONG internationale "œuvrant pour conserver la biodiversité et assurer des moyens de subsistance durables aux populations locales". Le Label Fairtrade, lui, "garantit de bonnes conditions de travail, soutient financièrement l’agriculteur et sa communauté grâce à un prix minimal et une prime, et inclut aussi toute une série de critères écologiques".

"Par contre, on a fait le choix de ne pas avoir de bananes "discount". On est sur la route du Fairtrade. On espère que dans quelques mois ou années il n’y aura plus que la banane équitable", conclu la porte-parole.

En mai dernier, le Lidl allemand a lancé le pas et a abandonné le projet de ne vendre que des bananes équitables par souci de rentabilité, les ventes ayant très nettement baissé, selon les médias allemands.

Une spirale économique négative

Samuel Poos, coordinateur de Trade for Development Centre, regrette cette décision. "C’est dommage parce que ça pose question au niveau du consommateur, qui est de plus en plus habitué à des bas prix."

"Ils (Rainforest Alliance) sont très bons en termes d’environnement, mais il y a moins de garanties au niveau du prix payé au producteur, il n’y a pas de prix minimum", précise Samuel Poos.

Et selon lui, cela peut entraîner une spirale économique négative pour les producteurs. "Les revenus moindres qu’ils perçoivent ne leur permettent plus de couvrir les coûts d’une production respectueuse de l’environnement. Ils n’ont plus non plus les moyens d’apporter les meilleurs soins aux bananiers, ce qui, à terme, affecte leur productivité et, du coup, à nouveau leurs revenus."

Toujours dans le thème du commerce équitable, Lidl Belgique a marqué le coup il y a quelques jours en présentant son chocolat "super-équitable", "Way to Go !". 40 producteurs de cacao ghanéens bénéficieront d’une prime qui viendra s’ajouter au prix Fairtrade ainsi que d’un soutien dans la réalisation de différents projets.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK