Avec le coronavirus, hausse des achats locaux en Wallonie... sauf pour le fromage de chèvre, la truite et les bières

L'Agence wallonne pour la promotion d'une agriculture de qualité (Apaq-W) et le Collège des producteurs se sont réjouis vendredi d'un regain d'intérêt des Wallons pour les produits locaux, en cette période de crise du coronavirus, mais s'inquiètent dans le même temps du fait que certains produits semblent oubliés des consommateurs.

Depuis la crise actuelle, et les mesures de confinement décidées par les autorités, les Belges ont changé leur comportement d'achats. Ils privilégient les magasins de proximité, le paiement électronique ou encore le commerce électronique.

L'Apaq-W et le Collège des producteurs constatent "globalement, une hausse estimée entre 10 et 30% des achats en circuits-courts" tandis que "certains producteurs connaissent une demande qui a doublé, voire triplé."

"Certains circuits courts bio on triplé leur chiffre d'affaires en une semaine", constate aussi Dominique Jacques, président de l'Union nationale des agrobiologistes belges. "Les gens ont plus de temps. On n'achète plus quelque chose en vitesse, mais on va chez le producteur du coin. La farine a beaucoup de succès parce les gens font leur propre pain, par exemple. Les agriculteurs ont remarqué que beaucoup de personnes qui sont d'habitude à Bruxelles en semaine restent dans leur région", explique-t-il. "Je n'entends personne râler dans le secteur pour le moment. Vu le contexte, cela montre bien que ça va", ajoute-t-il.

Les aquaculteurs et les brasseurs font la grimace

Pour autant, la nouvelle donne ne profite pas à tout le monde. L'Apaq-W et le Collège des producteurs souhaitent donc attirer l'attention sur certains produits "qui font l'objet de moins de demandes dans les achats locaux". "Certains producteurs se retrouvent avec des stocks peu commercialisés, contribuant à augmenter le gaspillage alimentaire", souligne-t-on.

Parmi ces produits, on retrouve les fromages de chèvre et de brebis, les truites et poissons, mais aussi les bières locales.

Pour les fromages de chèvre et de brebis, dont c'est actuellement la pleine saison, près de 30% du volume de lait produit se trouveraient en sur-stock chez ces producteurs et leurs fromagers.

L'Apaq-W et le Collège des producteurs soulignent que "plus de 100 tonnes de truites et poissons" sont en recherche de canaux d'écoulement. La vingtaine d'aquaculteurs wallons sont en effet directement frappés par la fermeture du marché horeca, qui est leur première source de revenus.

Un appel est également lancé aux particuliers possédant un étang et souhaitant y remettre du poisson frais "afin de désengorger les bassins des producteurs", lesquels font également face à la fermeture des activités de loisirs, dont la pêche, ce qui a mis à l'arrêt activité dite de repeuplement (d'étangs, rivières, etc.).

Enfin, alors qu'un tiers des brasseries wallonnes ont fermé leurs portes, celles qui sont toujours ouvertes encaissent une réduction de 60 à 90% de leurs ventes, souligne-t-on encore.