Avec 24 mâts érigés en 2020, l'éolien wallon est "en net recul"

La puissance totale du parc éolien wallon est porté à 1098 MW.
La puissance totale du parc éolien wallon est porté à 1098 MW. - © YVES BOUCAU - BELGA

Vingt-quatre mâts éoliens (totalisant 70 MW) ont été érigés en Wallonie en 2020, "ce qui témoigne d'un net recul par rapport à 2019", déplore mercredi la fédération sectorielle Edora. "Le secteur s'enlise dans une insécurité juridique de plus en plus profonde avec une augmentation, en un an, de près de 50% des projets dont le permis est en recours au Conseil d'Etat", ajoute-t-elle.

"Le nombre de contraintes pesant sur la filière s'accroit également avec une politique d'octroi de permis qui inquiète le secteur", poursuit la fédération qui pointe la responsabilité du gouvernement wallon "dont on attend toujours l'amélioration promise de la sécurité juridique du secteur, ainsi que la levée de contraintes à l'installation et l'utilisation des technologies éoliennes les plus performantes".

Un recul de 45% par rapport à 2019

Dans le détail, 24 nouveaux mâts ont été érigés en territoire wallon durant l'année 2020, ce qui correspond à 70 MW supplémentaires en un an - soit un recul de 45% par rapport à 2019 - portant la puissance totale du parc éolien wallon à 1098 MW et permettant de couvrir la consommation électrique annuelle de près de 600.000 ménages.

Après une légère reprise conjoncturelle en 2019, l'installation éolienne wallonne annuelle replonge donc sous la barre des 100 MW, objectif minimal pourtant fixé par le gouvernement wallon, commente encore Edora.

"Le secteur éolien fait face à une insécurité juridique de plus en plus tenace, qui pénalise fortement la Région : 460 MW de permis éoliens octroyés sont actuellement bloqués, pour généralement plusieurs années, au niveau du Conseil d'Etat par une poignée d'opposants. Alors que la sécurisation juridique du secteur éolien était une priorité de début de législature, la situation s'est encore empirée depuis un an avec une augmentation d'environ 50% des capacités éoliennes bloquées", renchérit-elle en demandant aux gouvernements wallon et fédéral "d'instaurer au plus vite un délai de rigueur de maximum 6 mois pour les recours en annulation au Conseil d'Etat et de libérer l'interdiction d'installer des éoliennes dans certaines zones d'entraînement militaire".

Relancer de manière structurelle le développement éolien

Edora attend également du gouvernement wallon "qu'il mette en œuvre son engagement quant à l'installation des meilleures technologies disponibles en Wallonie", avec notamment l'installation d'éoliennes de plus grandes tailles qui permettrait de réduire les coûts de production.

"Dans un contexte de sortie du nucléaire et afin d'honorer les objectifs wallons en matière de réduction de gaz à effet de serre et les ambitions revues à la hausse du Plan Air Climat Energie 2030, il est grand temps que les gouvernements wallon et fédéral agissent pour relancer de manière structurelle le développement éolien", conclut la fédération.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK