Arconic: démission du PDG sous la pression d'un fonds activiste

Le PDG démissionnaire d'Arconic, Klaus Kleinfeld, le 5 février 2015 à Washington
Le PDG démissionnaire d'Arconic, Klaus Kleinfeld, le 5 février 2015 à Washington - © ALEX WONG

Arconic, société née de la scission en novembre du géant de l'aluminium Alcoa, a annoncé lundi la démission de son PDG, au centre d'un bras de fer avec le fonds d'investissement américain Elliott Management.

Klaus Kleinfeld, 59 ans, qui était auparavant PDG d'Alcoa, sera remplacé temporairement par David Hess, un membre du conseil d'administration, en attendant la nomination d'un successeur.

Klaus Kleinfeld avait dirigé la transformation d'Alcoa d'un groupe tourné essentiellement vers le secteur minier et la production d'aluminium en une société servant les industries plus lucratives que sont l'automobile et l'aéronautique avec des matériaux composites.

A Wall Street, l'action gagnait 3,72% à 26,86 dollars un peu plus d'une heure avant la clôture, après avoir monté de près de 8% un peu plus tôt.

Le départ de M. Kleinfeld intervient moins de trois mois après qu'Elliott, qui détient 13,2% du capital d'Arconic, a estimé qu'un "changement de leadership était nécessaire pour améliorer la performance de l'entreprise".

Pour obtenir gain de cause, le fonds américain activiste avait décidé de présenter sa propre liste d'administrateurs lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires.

Arconic tient toutefois lundi à préciser n'avoir pas cédé à cette pression: "Cette décision n'a pas été prise en réponse à la guerre des résolutions promise par Elliott Management, ni aux critiques formulées contre la stratégie, le management et les performances de l'entreprise, moins encore à de quelconques performances financières", affirme l'entreprise dans son communiqué.

Intimidation

"M. Kleinfeld a démissionné de ses fonctions de PDG par consentement mutuel après que le conseil d'administration a appris qu'il a envoyé une lettre à Elliott sans l'en avoir averti ni obtenu son autorisation", avance Arconic. "C'était un manque de discernement", conclut l'entreprise, ajoutant que la stratégie énoncée par Klaus Kleinfeld va rester en place.

Ces déclarations ont eu pour effet de renforcer la détermination d'Elliott de renverser le conseil d'administration, accusé d'avoir soutenu contre vents et marées Klaus Kleinfeld.

"Nous avons l'intention de poursuivre notre campagne pour plus que jamais obtenir des changements fondamentaux au sein du conseil d'administration (...) et pour une nouvelle direction", assure Elliott.

Le fonds explique que le PDG déchu a adressé une lettre de "menaces" voire "d'intimidation" à un de ses dirigeants. C'est "une menace que nous avons prise au sérieux et en avons averti immédiatement le conseil d'administration", révèle Elliott, qui reproche encore aux membres de cette instance stratégie de n'avoir tiré aucune leçon de cet épisode.

"Clairement ce conseil d'administration est un mauvais juge des traits de personnalité et ne semble pas comprendre combien il a déçu les actionnaires et employés d'Arconic", fustige le fonds new-yorkais.

Arconic fournit des composants pour les moteurs d'avion à base d'alliages de nickel, de titane et d'aluminium et des alliages d'aluminium pour des châssis et la carrosserie des voitures.

Au vu de la forte demande dans l'aéronautique et de la solidité du marché automobile aux Etats-Unis, investisseurs et analystes s'attendent à de bonnes performances financières d'Arconic.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir