ArcelorMittal Liège: un candidat repreneur pour la cokerie?

Ce candidat repreneur n'est pas encore confirmé. Il s’agirait de la société américaine Niagara Mining, mais dans la sidérurgie liégeoise personne ne la connaît.

La semaine dernière toutefois selon Jean-Luc Rader, secréataire régional FGTB-Metal, deux visites ont eu lieu sur place. "On savait que des candidats repreneurs venaient, on nous avait parlé d’un Allemand et d’un Américain et il se confirmerait que le second soit intéressé."

Mais le repreneur potentiel n’est intéressé que par la cokerie, ce qui suscite de l’inquiétude du côté des travailleurs. "Avec la task force et la Région wallonne, on travaille sur un projet de sidérurgie intégrée. Sans la cokerie, le projet est mort-né. Après si on ne parvient pas à faire aboutir ce projet de sidérurgie intégrée, ça peut être une piste très intéressante pour la cokerie."

David Camerini, le président de la délégation CSC, continue à réclamer une solution pour l’ensemble du bassin sidérurgique. "Cela n’a rien d’officiel à ce jour. Et il faut savoir que notre position syndicale est le maintien d’une sidérurgie intégrée avec le chaud et le froid, et qui s’inscrit dans un schéma industriel à moyen et long terme pour les travailleurs et leur famille. J’attends donc de voir les conclusions officielles de la task force ce mardi 16 avril, et le courage politique en parallèle, pour se positionner clairement pour les travailleurs et la Région."

Niagara Mining serait prête à injecter 200 millions d’euros pour la reprise de la cokerie et la construction d’une centrale de production d’électricité, une piste qui sera peut-être confirmée mardi lors d’une importante réunion au cabinet du ministre wallon de l’Economie Jean-Claude Marcourt.

Olivier Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK