ArcelorMittal: début de la procédure de licenciement

C'est l'escalade au sein du groupe ArcelorMittal. La direction accuse les syndicats de défier la multinationale, et de nier la réalité économique.

Elle a franchi une étape de plus pour licencier sans plan social : elle annonce la mise en place, pour ce lundi, d'une cellule de reconversion, avec ou sans les organisations sociales. La direction a écrit une lettre aux quatre syndicats, pour les associer à la mise en place d'une cellule de reconversion. Ils doivent répondre pour lundi au plus tard. En cas de refus, un appel à des sociétés privées serait envisagé.

Mittal annonce, par ailleurs la mise à l'arrêt, à court terme d'une ligne de fer blanc, à Tilleur et d'un ligne d'électrozinguage, le numéro 5 à Marchin, des outils qui deviennent encombrés à la suite du blocage des sorties de marchandises. Les commandes sont réorientées vers d'autres sites. 

Des travailleurs supplémentaires devraient donc, sous peu, être envoyés en chômage technique.

Pour les délégués du personnel, la réaction d'ArcelorMittal s'apparente à du chantage au carré, du chantage en plus du chantage. Ils en appel à une intervention politique. Après tout, la région wallonne est actionnaire de la multinationale. Selon nos informations, le ministre de l'Economie, actuellement en mission australienne, s’apprête à prendre "une initiative". Au fil des jours, au fil des heures, elle devient urgentissime.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK