Après Huawei, ZTE veut s'étendre en Belgique: le syndrome chinois?

Le premier smartphone sous OS Firefox sera sans doute vendu en Belgique par le chinois ZTE
Le premier smartphone sous OS Firefox sera sans doute vendu en Belgique par le chinois ZTE - © JOSEP LAGO - BELGAIMAGE

Huawei et ZTE partagent plusieurs points communs. Ce sont deux géants industriels asiatiques dont la marque est pratiquement inconnue du grand public belge. Le premier a commencé à rattraper une partie de son déficit de notoriété, et le second commercialise désormais ses smartphones sur notre territoire sous son propre nom.

La carte de visite de ZTE est éloquente. Créée en 1985, elle détient 50 000 brevets, occupe 65 000 personnes et est représentée dans 160 pays. ZTE a débarqué en Europe en 2005 et y emploie 2000 personnes. De passage à Bruxelles, la vice-présidente ZTE Betty Cui Jia a avancé des chiffres: 500 millions de téléphones en circulation dans le monde, dont 42 millions vendus en 2013. "Notre ambition est d’en commercialiser 60 millions en 2014. " ZTE revendique aussi, au niveau mondial la plus grosse croissance en 4G. Les chiffres de 2012 révèlent en revanche des pertes que la VP explique par l’importance des investissements consentis. L’entreprise était à nouveau dans le vert en 2013.

Pour l'instant, c’est en Allemagne que son empreinte est la plus forte, notamment par ses contrats avec l’opérateur E-Plus, mais ZTE dispose aussi d’une filiale en Belgique de 30 personnes. Ironie du sort, elle est située à Woluwe-Saint-Lambert, dans la même commune que son meilleur ennemi : Huawei.

Car c’est là que se situe le défi : Proximus et Mobistar ont confié leur infrastructure à Huawei alors que Base parie sur ZTE. Car avant d’être des producteurs de terminaux, les deux frères ennemis sont des spécialistes en infrastructure et en services Telecom.

ZTE introduit Firefox dans nos smartphones

Déjà vendus en Belgique par les opérateurs sous leur propre nom (ce fut le cas pour Mobistar), les terminaux ZTE porteront désormais leur propre marque. Base s’apprête à en commercialiser quatre, dont un en exclusivité.

Largement représentés lors du dernier congrès mondial de la mobilité à Barcelone, les smartphones utilisant le système d'exploitation Firefox ne se destinaient pas au marché européen. ZTE introduit pourtant chez nous l’Open qui apparaîtra sans doute au début de l’été. Un terminal 3G d’entrée de gamme, basé sur l’OS Firefox 1.3 et une configuration hardware minimaliste: écran de 4 pouces de 480 x 800, CPU dual core 1,2 GH et caméra 3 MP.

ZTE lancera également un modèle plus haut de gamme qui pourrait amener ZTE Belgique à étendre son canal de distribution au marché retail. "Ce n’est pas encore le cas, mais si nous voulons accroître nos parts de marché, surtout avec des terminaux à haute technologie, il faudra passer par les canaux de revendeurs" nous a déclaré Kenneth Cao Hui, General Manager de ZTE Belgique.

La gamme en question s’écrit –plus ou moins- " Nuoio " et se prononce Nubia. Elle sera vendue vers le mois d’août comme marque différenciée des appareils ZTE. Un peu comme la filiale Lexus chez Toyota. Ce modèle 4G sera proposé autour de 199 euros. Dans la même veine, Huawei a lancé son modèle 4G haut de gamme P7 (399 euros) pour concurrencer chez nous les Galaxy S5 et iPhone 5S à 699 euros. Le paysage des smartphones est en train de changer.

Qui aura la troisième place?

Comme l’avait déjà revendiqué Huawei il y a un an, c’est au tour de ZTE de briguer la troisième place parmi les vendeurs de smartphones. Le délai qu’il s’est fixé est encore flou: " au cours des prochaines années". Ce pari promet d’être sanglant entre les deux Chinois qui briguent la même troisième place derrière Samsung et Apple. Mais il y a d’autres prétendants au titre: le coréen LG continue à avoir des ambitions, HTC revient et Nokia espère profiter de la montée en puissance de Windows Phone pour renouer avec sa grandeur passée. La bonne nouvelle pour les consommateurs est qu’un nouveau concurrent ne pourra que faire pression sur les prix.

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK