Le Crioc survivra-t-il à ses dissensions internes après son C.A.?

Marc Vandercammen
Marc Vandercammen - © D.WILLAM (archives belga)

En saura-t-on plus sur la situation du Crioc, le Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs? Un important conseil d'administration doit se tenir à midi. Les membres du CA attendent des éclaircissements.

Il y a quelques mois, le directeur du centre, Marc Vandercammen, était mis en cause pour sa gestion du personnel et pour sa gestion financière. La qualité des enquêtes du Crioc était également remise en question. On sait d'ores et déjà que Marc Vandercammen ne sera pas présent au CA. Alors aura-t-on vraiment des réponses? On peut en douter.

La réunion risque donc d'être tendue. Certains membres du Conseil d'administration envisagent de quitter le Crioc. Ils devraient discuter du nouveau plan stratégique que Marc Vandercammen était censé préparer. Il l'a, semble-t-il, rédigé mais on ne connaît pas encore son contenu. Actuellement, 3 audits sont en cours au Crioc, notamment sur la gestion du personnel et sur la méthodologie des enquêtes.

Le ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte a, lui, suspendu le contrat de gestion de ce Centre qui reçoit une dotation de l'Etat. 

Et justement, la situation financière du Centre serait catastrophique. Des membres ont donc exigé des documents sur sa trésorerie. Toutes ces tractations se font dans un contexte délicat. En cas de départ forcé, Marc Vandercammen pourrait bénéficier d'une prime comprise 350 000 et 400 000 euros, comme c'est prévu dans son contrat. C'est l'avenir du Crioc qui se joue.

Daphné Van Ossel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK