Après le Royaume-Uni et l'Italie, Ryanair signe un accord avec un syndicat de pilotes portugais

Après le Royaume-Uni et l'Italie, Ryanair signe un accord avec un syndicat de pilotes portugais
Après le Royaume-Uni et l'Italie, Ryanair signe un accord avec un syndicat de pilotes portugais - © Tous droits réservés

Ryanair a signé un accord avec le syndicat de pilotes portugais SPAC, annonce vendredi la compagnie aérienne à bas coûts, en proie à d'importantes tensions sociales à travers l'Europe depuis plusieurs mois. Les négociations sur une convention collective globale de droit portugais avec des contrats de droit locaux débuteront avant la fin octobre.

Ryanair et SPAC se sont entendus sur des accords de transfert de base et d'ancienneté, qui couvriront l'ensemble des pilotes de la compagnie directement employés au Portugal, précise l'entreprise irlandaise.

Cette dernière a également signé cette semaine des accords similaires avec les syndicats Balpa au Royaume-Uni et Anpac en Italie, couvrant tous les pilotes britanniques et italiens directement employés par Ryanair, poursuit-elle. La compagnie prévoit également de signer prochainement un accord de reconnaissance avec le syndicat de pilotes espagnol Sepla, qui ouvrira la voie à des négociations rapides sur une convention collective.

Selon Eddie Wilson, directeur du personnel de Ryanair, ces différents accords "témoignent des progrès considérables que nous réalisons dans la conclusion d'accords avec nos employés sur nos principaux marchés européens".

D'après lui, le contexte actuel dans le secteur aéronautique a stimulé "de manière significative" ces négociations syndicales au cours des dernières semaines. Il évoque notamment la récente vague de faillite des compagnies aériennes en Europe (Primera Air, Cobalt, Air Azur, etc.) ainsi que les fermetures/réductions de bases annoncées par de nombreuses grandes compagnies aériennes européennes en réponse à la hausse des prix du pétrole et à la baisse des tarifs aériens.

Archive : Soir Première 27/09/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK