Apple dégringole en Bourse: tendance à la baisse pour tous les géants du numérique

Apple commence l'année sur une mauvaise note. L’entreprise dégringole littéralement en Bourse, une chute surprenante puisque la marque à la pomme a marqué l’année 2018 en devenant, en août dernier, la première entreprise à valoir plus de 1000 milliards de dollars.

Ce vendredi matin la valeur d'Apple n’est plus "que" de 675 milliards. L’entreprise a perdu presque 40% de sa valeur en trois mois. Le problème, c’est que les perspectives ne sont pas bonnes. Jeudi, l'entreprise a averti les actionnaires: les résultats de fin 2018 seront moins bons que prévu. Ça faisait 15 ans qu’Apple n’avait plus fait un avertissement du genre.

Cette dégringolade s'explique notamment par la vente des iPhone qui diminue. L’iPhone c’est véritablement la vache à lait d’Apple, c’est presque 2/3 de leurs revenus et ils sont assez dépendants du succès qui, pour le moment, n’est pas là, ou en tout cas moins qu’avant.

Un retour à la normale

Et puis plus largement, si on regarde l’état de forme des autres géants du numérique comme Microsoft, Amazon, Google, Facebook, la tendance est globalement la même pour tout le monde: à la baisse.

Pour Frank Vranken, stratégique chez Puilaetco Dewaay, le secteur des technologies a bien profité ces dernières années de la croissance, de la hausse de la consommation, des mesures fiscales de Trump, et aujourd’hui il y a une sorte de retour à la normale, si on peut dire.

"Il y a eu un engouement pendant des années de suite pour tout ce qui était technologie et des investisseurs étaient massivement surpondérés sur tout ce secteur-là. Donc, à un moment donné, bien entendu, il faut peu de choses pour faire retomber en effet."

Et non seulement Apple suit la tendance de son secteur, mais il suit aussi la tendance tout court. Les marchés en général sont à la baisse, sauf qu’Apple était plus haut que les autres, et donc aujourd’hui la chute est un peu plus dure.

Une épée de Damoclès pèse sur les marchés

Difficile de dire comment s’annoncent les prochains mois pour Apple et pour le secteur des nouvelles technologies. Il reste toujours cette fameuse question, cette sorte d’épée de Damoclès qui pèse sur les marchés: comment va tourner la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ?

La plupart des appareils que ces géants du numérique vendent sont fabriqués à Taïwan. C’est un énorme marché de vente aussi pour eux, et donc si les échanges commerciaux se compliquent, ça va forcément peser sur leur chiffre d’affaires. Puis l’économie mondiale ralentit aussi pour le moment, les investisseurs revoient leurs attentes à la baisse.

Ça, c’est pour les explications à court terme. À long terme, les entreprises technologiques ont évidemment toujours beaucoup de potentiel. Certaines vont peut-être s’affaiblir, d’autres vont émerger parce que le contexte change, mais pour Frank Vranken, la tendance générale du numérique est à la hausse.

"On voit en effet que des titres qui ont secoué le secteur sont secoués à leur tour, avec des générations nouvelles et des jeunes qui n’utilisent plus Facebook, mais qui vont sur Instagram, etc. Ça peut donc changer très vite, mais je pense qu’on continuera en effet à développer des nouvelles choses et je pense que ce secteur reste en effet encore un secteur qu’il faudrait avoir en portefeuille."

Un secteur qui a toujours du potentiel, à voir donc, dans les prochaines semaines, comment évoluent les relations entre Washington et Pékin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK