Alexis Tsipras: "Nous avons résisté"

Alors que beaucoup d'observateurs, jusqu'à dans son propre parti, dénoncent les termes de l'accord signé par Alexis Tsipras avec les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro lundi matin, le Premier ministre grec, avant son retour à Athènes, affichait un certain soulagement. "L’accord a été difficile, mais nous avons résisté à la poursuite des transferts de nos biens publics à l’étranger. Nous avons empêché l’asphyxie financière et nous évitons l’effondrement du système financier ; nous avons fait un plan conçu parfaitement jusque dans les moindres détails. Enfin, nous avons obtenu, dans ce combat très dur qu’ont été les négociations, une restructuration de la dette et un refinancement du pays à moyen terme", a-t-il expliqué dans une brève allocution.

"Ces mesures vont entraîner la récession"

"Les mesures incluses dans l’accord sont les mesures qui ont été votées par le parlement", a-t-il ajouté, conscient des effets récessifs qu'elles auront sur l'économie grecque. "Ce sont des mesures qui vont inévitablement entraîner la récession. Mais j’ai le sentiment, la conviction et l’espoir que ce programme de croissance de 35 milliards d’euros, la restructuration de la dette et le financement durant 3 ans que nous avons obtenus feront comprendre aux marchés et aux investisseurs qu’un Grexit, une sortie de la Grèce de la zone euro, n’est plus d’actualité", a-t-il conclu. 
 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK