Albert Frère, un départ qui n'était pas programmé

En annonçant lundi qu’il se retirait de GBL, Albert Frère a tourné une page importante de son histoire personnelle et de celle de son groupe. Son empire ne se limite pas à GBL, mais depuis le retrait de la bourse de la CNP (Compagnie Nationale à Portefeuille), GBL est la dernière tête de pont publique du groupe Frère.

Le 13 mai 2009, Albert Frère a accordé à la RTBF une de ses très rares interviews radio. L’entretien s’est déroulé dans son bureau de Gerpinnes. Très loin de l’image de l’homme d’affaires sûr de lui qu’il a toujours été dans la gestion de son business, Albert Frère n’a jamais vraiment apprécié l’exercice du micro préférant les interviews écrits longuement préparés et relus. Pourtant, une fois l’enregistrement lancé, il fut très à l’aise, répondant sans hésitation aux questions avec ce ton patelin toujours teinté d’une pointe d’accent carolo.

A la fin de l’interview, à la question de savoir s’il pense abandonner les rênes de son groupe, il est très clair : il n’y aucune raison de le faire. Ecoutez-le :

Cinq ans plus tard, l’histoire s’écrit un peu différemment.

Michel Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK