La colère des salariés d'Air France: le directeur RH en a perdu sa chemise (photos)

Xavier Borsetta, le directeur RH d'Air France, évacué
8 images
Xavier Borsetta, le directeur RH d'Air France, évacué - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Après l'annonce d'un plan de restructuration qui menacerait 2900 postes, des salariés d'Air France ont envahi lundi matin le siège du comité central d'Air France. Ils ont malmené les directeurs. Le directeur des ressources humaines, Xavier Broseta, torse nu, a été évacué d'urgence. La sécurité l'a passé par au dessus d'une des clôtures. Il a littéralement dû fuir la salle de réunion. En passant, il s'est fait arracher chemise et lunettes. Pierre Plissonnier, directeur d'Air France a aussi été malmené.

​"On ne voulait pas que le CCE soit envahi", a réagi auprès de l'AFP Mehdi Kemoune (CGT), affirmant être intervenu pour tenter de protéger M. Broseta. Selon lui, l'ensemble des syndicats devait se réunir dans l'après-midi pour tenter d'adopter une position commune.

Trois organisations syndicales représentatives (CGT, FO, UNSA Aérien) ont appelé lundi à faire grève pour défendre l'emploi. La CFDT a lancé un appel similaire pour les seules escales de Marseille et Nice.

Un rassemblement initié par une large intersyndicale s'est tenu dans la matinée devant le siège à Roissy, avant l'interruption du CCE.

Air France a confirmé lundi dans un climat houleux un plan de réduction d'activité qui pourrait supprimer près de 3000 postes en deux ans, après l'échec de négociations avec ses pilotes, dont la compagnie en restructuration souhaite allonger les heures de vol.

Selon des sources concordantes, le nouveau plan de restructuration vise à éponger des sureffectifs évalués par la direction à 2900 postes en 2016 et 2017.

La purge concerne 300 pilotes, 900 hôtesses et stewards et 1.700 personnels au sol. Pour la première fois dans l'histoire de la compagnie, des départs contraints sont envisagés, notamment chez les navigants et certaines bases au sol.

Le projet s'accompagne d'une réduction de voilure pour le réseau long courrier, dont la moitié des lignes sont déficitaires: la flotte, de 107 avions actuellement, devrait perdre 14 appareils, cinq l'an prochain et neuf autres en 2017, a détaillé la direction.

Air France prévoit aussi de réduire la fréquence de ses vols sur plus d'une vingtaine de lignes en 2016 et de fermer l'année suivante cinq liaisons en Inde et en Asie du sud-est, selon des sources concordantes.

Les administrateurs d'Air France-KLM ont donné leur feu vert à ce plan jeudi après l'échec de négociations avec les pilotes sur de nouvelles mesures de productivité.

Le comité central d'entreprise (CCE) d'Air France, interrompu dans la matinée à la suite de l'agression de membres de la direction par des salariés en colère, ne reprendra pas lundi, ont indiqué à l'AFP plusieurs sources syndicales.

Voler 100 heures de plus par an

La direction demandait au personnel navigant de voler une centaine d'heures de plus par an, sans hausse de rémunération, et de renoncer à des jours de repos, un scénario unanimement rejeté par les syndicats.

Le gouvernement socialiste français a multiplié ces derniers jours les appels à la "responsabilité" et à un "effort" des pilotes. L'Etat français a renforcé cette année sa participation au capital d'Air France-KLM dont il détient 17,6%.

Air France a déjà procédé ces dernières années à d'importantes réductions de coût et d'effectifs (5.500 départs de 2012 à fin 2014) qui devaient lui permettre de renouer avec les bénéfices en 2015. Mais la compagnie reste prise en tenaille entre la concurrence low cost en Europe et celle de ses homologues du Golfe sur le long courrier.

Le groupe Air France/KLM est le numéro deux européen du transport aérien derrière la Lufthansa allemande.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK