Air Belgium : un avenir ou pas?

Air Belgium, à la recherche de nouveaux Tour opérateurs chinois, souhaite un soutien financier public
Air Belgium, à la recherche de nouveaux Tour opérateurs chinois, souhaite un soutien financier public - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Air Belgium était optimiste lors de son premier vol entre Charleroi et Hong Kong, le 3 juin dernier. La compagnie aérienne comptait séduire 500.000 voyageurs et tablait sur un chiffre d’affaires de 180 millions d’euros. 

Un peu plus de cinq mois plus tard, Air Belgium peine à décoller car depuis ce premier vol vers Hong Kong, rien ne va plus. Les vols vers la mégapole chinoise ont dû être suspendus.  Le tour opérateur chinois, UTour qui devait être le partenaire d’Air Belgium pour cette liaison vers l’Asie a fait défaut.  L’annulation des vols a coûté cher à la compagnie aérienne et l’a plongée dans l’incertitude.

A la recherche de solutions

Depuis, Air Belgium a cherché un ou des partenaire(s) remplaçant(s).  Un ou plusieurs tour-opérateurs chinois devrait conclure un accord avec la compagnie belge mais la signature du contrat tarde à venir.

Depuis cet été, faute de voyageurs clients, Air Belgium subit un manque à gagner, car la compagnie a des frais :  du personnel a été engagé et surtout, quatre avions, des Airbus A340 ont été loués et doivent être payés.

Air Belgium survit en effectuant des vols pour le compte d’autres compagnies. Les avions d’Air Belgium ont ainsi volé vers l’Afrique, pour le compte d’Air France.  Quatorze vols ont aussi été effectués entre mai et octobre pour le compte de TUIFly. Il s’agit de onze vols vers des destinations moyen-courrier (Espagne, Egypte et Grèce) et trois vols long-courrier vers les Caraïbes.  Actuellement, seul un des quatre avions d’Air Belgium vole pour le compte d’un tiers. Il effectue pour British Airways un aller-retour par jour entre Londres et Dubaï. Tout cela n’assure pas de rentrées financières suffisantes pour renflouer les caisses de la compagnie belge.

La compagnie belge a besoin de soutiens publics

Air Belgium appelle dès lors la Région Wallonne à la rescousse, via la Sogepa, la société wallonne de gestion et participations, un instrument financier public qui investit pour soutenir des " projets porteurs d’avenir dans un secteur structurant en Wallonie, peut-on lire sur le site de la société.  Comme l’expliquait le quotidien l’Echo samedi, il s’agirait d’un prêt de 4 millions d’euros.  La Sogepa examinera la demande d’Air Belgium vendredi matin lors de son conseil d’administration.

Selon les informations obtenues par la rédaction de la RTBF, le prêt de la Sogepa permettrait de revoir le business plan d’Air Belgium et laisserait le temps à la compagnie aérienne belge de poursuivre plus sereinement les négociations avec les partenaires chinois.

La rédaction de la RTBF a contacté Air Belgium qui n’a pas souhaité réagir préférant " se concentrer sur son avenir ".

Rappelons qu’Air Belgium dépend déjà de l’argent public. Dans l’actionnariat, la SRIW, la Société régionale d’investissement de Wallonie et la SFPI, la Société fédérale de participations et d’investissement détiennent chacune 12.5% des parts de la compagnie aérienne..  Aucune de ces deux sociétés n’a souhaité réagir à ces informations ni commenter la situation d’Air Belgium.

A plus long terme, Air Belgium espère aussi la concrétisation d’un autre investissement public : l’allongement de la piste de l’aéroport de Charleroi. Une piste plus longue permettrait d’exploiter à pleine charge les Airbus A340 de la compagnie.  Actuellement, faute d’une distance suffisante pour s’élancer, les avions doivent décoller avec une charge réduite.  Dans des conditions optimales, ils pourraient transporter jusqu’à 303 passagers et leurs bagages  mais surtout, décoller avec les soutes pleines de marchandises. Les opérations de type cargo entre la Chine et la Belgique ont évidemment un haut potentiel de rentabilité. 

Cependant, les travaux d’allongement de la piste de Charleroi ne devraient débuter qu’au printemps prochain et nécessiteraient trois ans pour être achevés.  Un délai très éloigné des objectifs de survie à court et moyen terme d’Air Belgium.

Archive du JT de juin 2018: Air Belgium, premier décollage pour Hong Kong

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK