Action surprise de syndicalistes au comité de pilotage de la SNCB

Action surprise de syndicalistes au comité de pilotage de la SNCB
Action surprise de syndicalistes au comité de pilotage de la SNCB - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Une centaine de syndicalistes ont mené, lundi matin, une action surprise lors du début du comité de pilotage de la SNCB. Les protestataires s'inquiètent des différents signaux envoyés par le patron de la SNCB, Jo Cornu, et la ministre compétente en la matière, Jacqueline Galant, particulièrement en ce qui concerne le statut des ouvriers des chemins de fer.

Le comité de pilotage devait débuter à 09h00 au siège central du groupe SNCB à la gare du Midi à Bruxelles. Aux côtés du patron de la SNCB Jo Cornu, du CEO d'Infrabel Luc Lallemand, et du directeur général de HR Rail Michel Bovy, des représentants syndicaux étaient présents pour discuter des projets de l'entreprise.

Une centaine de membres des syndicats chrétien et socialiste se sont regroupés avant le début de la réunion. "Nous menons une action symbolique sans toucher les passagers", explique Serge Piteljon, secrétaire général CGSP-Cheminots.

Les syndicats s'inquiètent des récentes déclarations de leur patron dans la presse. Jo Cornu avait notamment indiqué que les heures prestées par le personnel de la SNCB étaient insuffisantes par rapport au salaire reçu.

"Actuellement, la ministre Galant affirme que le personnel ne sera pas touché mais cela semble incompatible avec les projets d'économie et la vision du CEO. Nous demandons à la ministre si elle sait où elle veut aller", souligne encore M. Piteljon, qui constate que la SNCB transporte de plus en plus de passagers et que les effectifs du personnel baissent.

Jo Cornu, CEO de la SNCB, a promis lundi, à l'issue d'une concertation avec les syndicats, d'éclaircir sa position dans un courrier. Ce courrier devrait être envoyé à l'ensemble du personnel de la SNCB, a-t-on appris de sources syndicales "afin de retrouver la confiance".

La SNCB sera touchée par une série d'actions ces prochaines semaines. Une grève est prévue dans les provinces de Liège, Luxembourg, Limbourg et Anvers le 24 novembre. Le 1er décembre, Namur, le Hainaut, la Flandre orientale et occidentale suivront le mouvement. Le 8 décembre, la grève tournante touchera Bruxelles et les deux Brabant. Enfin, une grève générale est prévue le 15 décembre.

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK