Accord de gouvernement wallon: la Wallonie souhaite une taxation du kérosène des avions et la relance des trains de nuit

Accord de gouvernement wallon : la Wallonie souhaite une taxation du kérosène des avions et la relance des trains de nuit
Accord de gouvernement wallon : la Wallonie souhaite une taxation du kérosène des avions et la relance des trains de nuit - © Tous droits réservés

La Wallonie défendra au niveau européen la mise en place d’une taxation du kérosène, la relance des trains de nuit et, plus globalement, le développement du réseau ferroviaire européen, est-il indiqué dans la déclaration de politique régionale de la coalition PS-MR-Ecolo. Le nouvel exécutif souhaite par ailleurs faire de Liège et de Charleroi des aéroports zéro carbone au niveau de l’infrastructure à l’horizon 2030.

"Viviers d’emploi importants" et "pôles de développement majeurs dans la dynamique d’amplification de l’économie wallonne", les deux aéroports seront ainsi soutenus dans leur volonté d’être neutres en carbone au niveau de l’infrastructure à l’horizon 2030. Liège Airport a d’ailleurs déjà lancé un plan en ce sens il y a quelques semaines.

Le futur gouvernement wallon agira de manière à concilier développement économique et création d’emplois dans et autour des aéroports avec les objectifs de protection de l’environnement, de santé publique et de qualité de vie des habitants, est-il stipulé dans sa déclaration de politique régionale.

Cela passera notamment par un plaidoyer au niveau européen en faveur d’une taxation du kérosène, de la relance des trains de nuit et le développement du réseau ferroviaire européen.

Cette politique environnementale se traduira également par la défense du principe d’une "réduction forte" des émissions de gaz à effet de serre liées à l’aviation. Dans ce cadre, le nouvel exécutif encouragera Liège et Charleroi à se doter, "dans la mesure du possible", d’objectifs ambitieux en ce qui concerne les émissions liées à leurs vols. Il invitera les deux aéroports à mettre en place des programmes pilotes de vols à très faibles émissions.

Les sociétés de gestion de ces deux outils bénéficieront par ailleurs de davantage d’autonomie, notamment en vue du passage du régime de concession à celui de régulation prévu par l’Europe. La Région ne va en effet plus concéder leur gestion pour plusieurs années mais bien la réguler, en désignant pour chacun d’eux un gestionnaire qui sera tenu d’appliquer les règles établies.

Le gouvernement privilégiera des activités directement liées aux aéroports pour l’extension des zonings d’activités économiques qui les entourent.

Le nouvel exécutif ouvrira enfin le comité d’accompagnement de Liège Airport et de Brussels South Charleroi Airport (BSCA) à des représentants "démocratiquement désignés" par les riverains se situant dans le périmètre d’exposition au bruit. Cela afin de "renforcer la participation citoyenne" dans le cadre du développement des deux infrastructures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK