Hausse du prix de la bière: Johan Vande Lanotte veut une enquête

Illustration
2 images
Illustration - © Archive Belga/SVEN DILLEN

Le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte va demander au Conseil de la concurrence de se pencher sur la prochaine hausse des prix de la bière. Le ministre examinera également en janvier si cette institution ne doit pas recevoir davantage de compétences. AB InBev dément des ententes sur le prix.

Le brasseur AB Inbev augmentera donc dès le 1er mars 2012 le prix de ses bacs et canettes de bières vendues aux grossistes et supermarchés d'en moyenne 6%. Alken-Maes imitera son concurrent à partir du 12 mars. Test-Achats soupçonne clairement une entente sur les tarifs.

Cette hausse simultanée du prix de la bière décidée par AB Inbev et Alken Maes pourrait mener à l'ouverture d'une enquête par les autorités de la concurrence, selon Test-Achats. AB Inbev augmentera dès le 1er mars 2012 le prix de ses bacs et canettes de bières vendues aux grossistes et supermarchés d'en moyenne 6%. Alken-Maes imitera son concurrent à partir du 12 mars, a-t-il été annoncé mardi.

Intervention du ministre

Du côté du ministre de l'Économie, on constate que c'est déjà la troisième ou quatrième hausse de prix en peu de temps et que plusieurs enquêtes menées auparavant par le Conseil de la concurrence n'ont rien donné. "Nous nous trouvons devant un système bancal pour garantir le fonctionnement du marché", souligne une porte-parole du ministre. C'est pourquoi Johan Vande Lanotte entend examiner, dans le courant de janvier, comment le Conseil de la concurrence pourrait être mieux organisé.

Accords interdits

La loi n'interdit pas seulement à des entreprises de s'entendre pour fixer des prix, rappelle Ivo Mechels de Test-Achats. Elle interdit également les accords mutuels, explique le porte-parole de l'organisation de défense des consommateurs. "Il revient aux autorités d'apporter la preuve de ces éventuels accords." Ivo Mechels craint par ailleurs que les supermarchés et grossistes répercutent la hausse sur les clients.

Une augmentation des fûts vendus au secteur horeca pourrait suivre, mais les deux brasseurs n'ont pas encore pris de décision à ce sujet, indiquent-ils mardi.

L'augmentation de 6% est supérieure à l'inflation, "mais la hausse de prix appliquée en 2011 était inférieure à l'inflation", nuance Karen Couck d'AB Inbev. En outre, il faut replacer cette hausse dans son contexte, poursuit la porte-parole. "Les prix des matières premières telles que le maïs, les céréales et le blé ont grimpé de 15 à 45% en un an, soit les hausses les plus importantes jamais enregistrées." Les prix de l'énergie et des matériaux d'emballage ont également augmenté. Enfin, il faut tenir compte de l'indexation des salaires, ajoute Karen Couck.

Les précédentes adaptations de prix d'AB Inbev et Alken Maes datent de juin 2011. La hausse avait été de 3%.

AB InBev dément des ententes sur le prix

Le brasseur AB InBev dément une entente sur le prix de la bière. "Toutes nos démarches sont prises dans le plus grand respect de la loi sur les pratiques commerciales. InBev Belgium a communiqué en bonne et due forme à ses clients le 30 novembre l'adaptation de prix prévue sur les casiers et les canettes dans le canal de la grande distribution. Les informations sur les tarifs et structures de coûts sont des informations confidentielles et de valeur concurrentielle et ne sont dès lors jamais partagées ni discutées avec nos concurrents, conformément à la loi sur les pratiques commerciales et au droit de la concurrence", explique AB InBev dans un communiqué.

"Si le Conseil de la concurrence estimait une enquête nécessaire, il va de soi que nous offririons notre entière collaboration", poursuit le brasseur.

Avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK