A Noël et à la Saint-Nicolas, on gâte aussi chiens et chats

A Noël et à la Saint-Nicolas, on gâte aussi chiens et chats
A Noël et à la Saint-Nicolas, on gâte aussi chiens et chats - © TIM SLOAN - AFP

On fête la Saint-Nicolas ce mardi. Comme le veut la tradition, les enfants recevront plein de cadeaux... mais on le sait peut-être moins, beaucoup d'animaux de compagnie vont eux aussi être gâtés.

C'est une tendance lourde, les chiens et les chats font vraiment partie de la famille. Eux aussi reçoivent des jouets ou des cadeaux à l'occasion des fêtes de fin d'année. Le marché est vaste : il y a chez nous un peu plus de 2 millions de chats et 1 million et demi de chiens. Pour une enseigne spécialisée comme Tom and Co, le chiffre d'affaires du mois de décembre est 50% plus élevé que pendant un mois normal.

Les ménages belges ont dépensé 1,3 milliard d'euros pour leurs animaux de compagnie en 2014. Plus de la moitié de ce budget file en nourriture et 25% sont consacrés aux soins vétérinaires. Au niveau macroéconomique, les animaux de compagnie mobilisent 0,8% du budget annuel des ménages.

Un marché en croissance

Le secteur table sur une croissance de 3 à 5% au cours des prochaines années. C'est le scénario de Lionel Desclée, le patron de l'enseigne Tom and Co. Il constate des évolution amusantes. Ainsi, si le nombre de chiens est à peu près stable, ils sont toujours plus petits et mangent donc moins. Par contre, on les habille beaucoup plus. En tout cas, le marché évolue en Belgique, c'est ce qui a décidé Hughes Salord, le patron de l'assureur français VetAssur, à lancer chez nous des assurances couvrant les soins vétérinaires de nos animaux de compagnie.

"On a commencé à commercialiser notre offre il y a 18 mois, explique-t-il. Nous avions fait une étude de marché auprès des propriétaires de chiens et de chats pour s'assurer que le produit que nous proposions correspondait à des attentes. La réponse a été très encourageante pour nous, c'est la raison pour laquelle nous avons pris la décision de commercialiser nos produits en Belgique."

Scanner, IRM, chimio...

L'intérêt d'une assurance animaux domestiques, c'est évidemment de limiter les frais en cas d'accident ou de maladie. Il n'est plus exceptionnel que des propriétaires fassent soigner leurs animaux avec des techniques coûteuses : scanner, IRM, voire chimiothérapies, pour ne pas être obligés de faire euthanasier leur animal. Et là, les factures grimpent très vite.

Hughes Salord poursuit : "J'ai regardé le montant de la facture la plus importante que nous ayons remboursée en Belgique depuis 18 mois, c'est pour un chien, une facture de 1083 euros dans le cadre d'une maladie." Dans un autre cas, un animal a bénéficié de 821 euros de soins remboursés.

A ce stade, quelques milliers de contrats ont été souscrits en Belgique. Mais VetAssur estime le potentiel du marché belge à 300 000 voire 400 000 contrats d'assurance, ce qui correspond en fait à 10-15% des chats et chiens couverts. Aux Pays-Bas, 10% des animaux de compagnie sont assurés, au Royaume-Uni on atteint presque les 40%.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK